Michael Lonsdale : L’acteur mystère repose en Dieu pour toujours

by administrator

Comment aimeriez-vous mourir ? « Tranquillement, en paix. En Dieu surtout. » Michael Lonsdale fut le tout premier invité à faire la une du magazine L’1visible, le 1er février 2010. Dix ans après, nous gardons le souvenir intact d’un géant du cinéma et à la fois d’un homme à la douceur évangélique. Un véritable saint qui nous lègue un trésor immense. Nous garderons tous longtemps dans l’oreille le timbre si particulier et si beau de sa voix, comme des disciples gardent le souvenir intact d’une phrase ou d’un geste de leur maître bien aimé.

Rencontre. Un regard mystérieux, un charme envoûtant. Sous le masque de cette légende du cinéma se cachent quelques trésors. Michael Lonsdale lève le voile sur sa foi, juste un instant.

Propos recueillis par Claire Perol

Il a tourné avec les plus grands, Truffaut, Malle, Buñuel, Spielberg. Il a été l’ami de Marguerite Duras et de Samuel Beckett. Du méchant de James Bond à l’étrange professeur Stangerson de Podalydès, il traverse son temps avec lenteur et talent et ne cesse de nous surprendre. Michael Lonsdale est catholique. Là encore, unique en son genre. Converti par un musulman, il trouve sur son chemin d’autres étoiles qui éclairent sa route : les pères Carré, Congar et Zundel. Porté sur les fonts baptismaux à 22 ans, par une marraine aveugle, il se sent « comme un poisson qu’on a remis dans l’eau ». Né un jour de Pentecôte, l’Esprit Saint est aujourd’hui son oxygène. Michael Lonsdale est un phénomène. Un mystère, dit-on. Voilà quelques perles arrachées à son silence. Levé de rideau, action !

Quel est le principal trait de votre caractère ?

Mon envie de connaître. Pas la curiosité, mais le besoin de connaître.

Ce que vous voudriez être ?

Ce que je suis, un artiste. Aucun regret !

Quel défaut vous connaissez-vous ?

La lenteur.

Quelle vertu cultivez-vous ?

La soif des autres, de les connaître, de les aimer.

Votre plus grosse bêtise ?

C’est de ne pas avoir répondu à l’appel de ma marraine d’aller voir Marthe Robin, une grande mystique. Je l’ai beaucoup regretté et le regrette encore.

Votre rêve le plus fou ?

Que l’humanité réponde aux paroles du Christ : « Aimez-vous les uns les autres, comme moi je vous ai aimés. »

Que faites-vous le dimanche ?

Je travaille beaucoup ! Au théâtre, ou devant mes toiles lorsque je peins. Et puis la messe. Je me repose entre deux travaux.

A qui pensez-vous le plus souvent dans votre journée ?

Au Christ.

Quel est votre premier geste le matin ?

J’ouvre les yeux !

Votre héros ?

C’est un religieux, le père Maurice Zundel. A cause de sa profondeur, de sa capacité à ne jamais dire du mal des autres. C’est un vrai héros de la foi.

Votre saint préféré ?

Sainte Thérèse de Lisieux.

Votre acteur favori ?

Charles Laughton et Michel Simon.

Votre pire tournage ?

C’était en 1984 avec Coluche dans Le Bon Roi Dagobert. C’était vraiment terrible…

Votre couleur ?

Le bleu-vert. La couleur du ciel et celle de la nature.

Votre peintre préféré ?

Cézanne.

Votre saison ?

L’été. Quand il y a le plus de lumière.

Votre dernière confession ?

Voyons… Il y a deux, trois mois.

Celui qui vous a montré le chemin vers Dieu ?

Ma marraine, Denise Robert. Une femme aveugle, mais une femme de lumière, qui m’a amené sur les fonts baptismaux alors que j’avais 22 ans.

Un grand témoin de la foi ?

Saint François d’Assise.

Le mot que vous détestez le plus ?

Hypocrisie. C’est terrible d’être hypocrite.

Qui aimeriez-vous rencontrer le plus en tête-à-tête ?

C’est une colle ! Il y en a tant…

Le prénom de votre curé ?

Pierre-Marie. C’est le fondateur des Fraternités de Jérusalem et le curé de Saint-Gervais à Paris. Sinon il y a aussi Jean-Pierre, mon confesseur.

L’endroit où vous aimeriez vivre sur cette terre ?

Là où je me trouve maintenant. Il faut vivre au présent.

Comment cultivez-vous votre vie intérieure ?

Par la prière silencieuse et l’intercession pour les personnes que j’aime, celles qui souffrent, qui sont en difficulté.

Votre prière favorite ?

Le Notre Père.

Comment aimeriez-vous mourir ?

Tranquillement, en paix. En Dieu surtout.

MES CHOIX…

MON POÈTE PRÉFÉRÉ

Shakespeare.

MON PREMIER LIVRE

Les aventures du Pied-Bot et de Monsieur Wens dans la série du Masque.

MON PROCHAIN FILM

Un long-métrage sur les moines de Tibhirine réalisé par Xavier Beauvois. Le tournage a lieu sur les hauts plateaux de l’Atlas, en plein Maroc. C’est un retour aux sources, puisque j’y ai vécu dans les années 1940.

UN LIEU DE RESSOURCEMENT

Une abbaye, isolée, lumineuse.

UN BON CONSEIL

Chercher le ciel.

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI