#Culture

Derniers articles

À CHACUN SA MISSION ET UNE MISSION POUR TOUS

Depuis sa fondation au XVIIe siècle, la société́ des Missions étrangères de Paris s’appuie sur les laïcs pour s’associer au travail des pères missionnaires. En 2002, elle lançait des missions de volontariat catholique à l’étranger, en Asie et dans l’océan Indien. En 20 ans, le volontariat MEP a envoyé́ plus de 2 500 jeunes en mission, dans pas moins de 19 pays du monde.
À CHACUN SA MISSION ET UNE MISSION POUR TOUS

TOUT UN SYMBOLE

La belle façade de pierres blanches, scandée de grands bow-windows et de terrasses en cascade, fait un pied-de-nez architectural aux immeubles haussmanniens riverains, sagement alignés le long de la rue de Vaugirard, ceinturés de leurs garde-corps de ferronnerie noire.

À CHACUN SA MISSION ET UNE MISSION POUR TOUS

Depuis sa fondation au XVIIe siècle, la société́ des Missions étrangères de Paris s’appuie sur les laïcs pour s’associer au travail des pères missionnaires. En 2002, elle lançait des missions de volontariat catholique à l’étranger, en Asie et dans l’océan Indien. En 20 ans, le volontariat MEP a envoyé́ plus de 2 500 jeunes en mission, dans pas moins de 19 pays du monde.

PRÉCARITÉ : SOIGNER DANS LA RUE

Plus de 1 000 : c’est le nombre de consultations réalisées par l’équipe du dispensaire mobile de Nice, huit mois après son lancement. Petit à petit, un lien de confiance s’est tissé entre les bénévoles et les bénéficiaires. L’enjeu : soigner gratuitement et dans la durée les personnes de la rue et en situation d’hébergement temporaire.

TEXTE ALEXANDRE MEYER – PHOTOS ORDRE DE MALTE France

À MÉNILMONTANT AVEC L’ASSOCIATION FIDE L’UNITÉ DANS LA DIVERSITÉ

Fide est plus qu’une association, c’est une famille de plus de 200 jeunes catholiques principalement issus de banlieue parisienne et profondément pétris de cultures occidentale, orientale, africaine, antillaise ou asiatique. Ils se rassemblent dans le Haut-Ménilmontant (Paris 20e ) pour vivre des temps forts et fraternels et devenir des témoins de la joie de l’évangile dans leur vie personnelle et professionnelle.

LE PAIN QUOTIDIEN

Comment naît une vocation ? Porté par la ferveur des siens sans trop y réfléchir, le père Ollivier a grandi dans une famille chrétienne pratiquante. Puis il a redécouvert la foi et compris que tout ce que voudrait le bon Dieu serait bon pour lui. À la fin de ses études, dans la prière, une voix intérieure lui demande : « Es-tu prêt à donner ta vie pour moi ? » Sept ans plus tard, le temps de mûrir sa décision, ses études d’histoire de l’art et de gestion terminées, il entrait au séminaire, à 31 ans.

Il n'y plus d'article supplémentaire

Ne manquez rien grâce à
la newsletter mensuelle

Ne manquez rien grâce à
la newsletter mensuelle

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail