L’ÉDUCATION AFFECTIVE ET SEXUELLE : POUR BIEN GRANDIR

by Alexandre Meyer

« Comment le bébé entre dans le ventre de la maman ? » « C’est quoi la puberté ? » Les parents se trouvent souvent désemparés pour répondre à ces questions. Grandir et Aimer est un parcours destiné aux enfants âgés de 8 à 11 ans et à leurs parents.

PAR LES ASSOCIATIONS FAMILIALES CATHOLIQUES – PROPOS RECUEILLIS PAR ALEXANDRE MEYER

Les parents, premiers et principaux éducateurs de leurs enfants s’inquiètent des messages que ceux-ci reçoivent. La pornographie, envahissante sur les écrans fait souvent « l’éducation » sexuelle de leurs enfants, à leur insu. Plus souvent démunis que démissionnaires, les parents aspirent à être aidés pour donner des messages positifs à leurs enfants et les protéger de la culture de mort, de la pornographie, de l’indifférenciation sexuelle promue par le « Genre » et des fausses visions de la dignité humaine ou de la procréation. D’après un sondage IFOP de mars 2017, plus d’un adolescent sur deux et plus d’une adolescente sur trois estiment que la pornographie a participé à leur apprentissage de la sexualité. Les inquiétudes des parents sont bien légitimes.

NE PAS OUBLIER L’ESSENTIEL

Néanmoins, à trop se focaliser sur les menaces qui entourent les enfants et les adolescents, les parents et les éducateurs peuvent restreindre l’éducation affective et sexuelle à un ensemble d’interdits ou de remèdes à des dérives. Les enfants risquent alors recevoir surtout des messages négatifs ou de prévention qui leur feront comprendre que la sexualité est honteuse, dangereuse ou inquiétante et que les adultes sont très mal à l’aise sur ce sujet. L’éducation affective, relationnelle et sexuelle est avant tout, quels que soient les nombreux adjectifs que l’on utilise, une éducation à l’amour. Apprendre à aimer est un long chemin qui commence dès le début de la vie et s’épanouira d’une manière toute particulière dans la vie de couple, le mariage et la vie de famille. L’éducation affective et sexuelle est la première préparation au mariage ! Il s’agit surtout d’une bonne nouvelle qui aide chaque enfant à grandir paisiblement dans sa capacité à aimer. L’effet secondaire positif de cette éducation est de le protéger contre les caricatures de l’amour qu’il ne manquera pas de rencontrer.

DES OUTILS

À la suite de demandes d’interventions dans le cadre du caté ou de l’école primaire, les Associations familiales catholiques ont développé le parcours Grandir et Aimer. Il consiste en deux interventions d’une heure devant des groupes d’enfants de CM1 ou CM2 en demie classe non mixte. La première heure est consacrée au couple, à la famille, à la prévention des abus, à l’anatomie, la puberté et la physiologie du garçon. La deuxième heure permet de parler de l’anatomie féminine, du cycle, de la grossesse et de la naissance. Ces deux heures d’intervention sont précédées d’une réunion d’information pour les parents qui sont encouragés et aidés pour reprendre ces sujets à la maison avec leurs enfants.

EN FAMILLE, QUE DIRE AUX ENFANTS ?

Cela commence par l’affection et la tendresse déployées par les parents, qui donnent une ambiance relationnelle. Mais aussi, par la pudeur vécue en famille et le respect de l’intimité de chacun.

Les messages seront clairs, répétés jusqu’à ce qu’ils fassent sens, avec des mots choisis et une tonalité admirative. Pour les plus jeunes, on pourra utiliser des mots imagés plutôt que les seuls mots scientifiques : par exemple, l’utérus ou « la chambre » du bébé, le spermatozoïde ou cellule de vie de l’homme, etc… On s’efforcera de répondre aux questions de l’enfant et de ne pas laisser passer les occasions, qu’elles soient posi- tives (l’annonce d’une naissance, par exemple) ou négatives (une histoire scabreuse plus ou moins comprise par l’enfant…) pour expliquer en donnant les messages scientifiques alliés au sens. L’enfant cherche à savoir d’où il vient (« Et j’étais où avant ? ») et où il va (« Quand je serai grand…. »).

Toutes les informations transmises à ces occasions confirment l’enfant dans le bien-fondé de sa venue au monde et dans un chemin sûr pour grandir vers l’âge adulte.

4 CLÉS POUR ÉDUQUER SON ENFANT À LA SEXUALITÉ

1 Quand dire les choses aux enfants ?

Il est nécessaire de parler plutôt trop tôt que trop tard… Bien souvent, la sexualité véhicule des choses qui peuvent être difficiles, voire des blessures, pour les parents. Ils hésitent à parler tôt. Les enfants, eux, sont « neufs » sur ces sujets et ils ont une grande soif de réponses pour comprendre comment vient la vie. En parlant plus tôt qu’aux générations précédentes (vers 5, 6 ou 7 ans… pour commencer) mais sans évoquer leur propre intimité conjugale, les parents posent un socle solide qui fera référence et protègera leur enfant des autres messages qui viendront ensuite.

2 Mon enfant ne pose pas de questions

Il faudra parler plutôt trop tard que jamais. Certains enfants ont déjà perçu que c’était un sujet à éviter. Il sera important malgré tout d’en parler avec lui. Par exemple à l’aide d’un livre ou de web séries.

3 Comment le protéger ?

Il est nécessaire de chercher à faire des vertébrés plutôt que des crustacés ! Le crustacé a une carapace mais dès qu’il mue, il la quitte et devient très fragile. Le vertébré a une colonne vertébrale interne, il est a priori plus fragile mais tient bon parce qu’il est armé intérieurement. Cette colonne vertébrale est donnée à l’enfant par l’éducation affective et sexuelle transmise à temps et intériorisée.

4 La rencontre avec le porno semble inévitable…

Non, il n’y a pas de fatalité et le rôle des parents est de veiller aux écrans et aux relations ! Un accès internet libre ne doit se faire que lorsque l’enfant est capable de veiller sur lui-même et s’accompagner en plus d’un contrôle parental installé sur tous les écrans accessibles. Il en est de même pour les relations des enfants : tous les parents n’ont pas les mêmes choix éducatifs et la vigilance s’impose lorsque l’enfant est invité. Il sera bon d’encourager les groupes, les activités ou les amitiés cohérentes avec ses propres choix : scoutisme, MEJ, groupes paroissiaux…

TÉMOIGNAGE

« J’AURAIS AIMÉ QUE L’ON M’EXPLIQUE LES CHOSES AINSI »

À la suite des interventions, des parents témoignent de leurs impressions ou de celles de leurs enfants. Voici celles de Sylvie – maman d’un enfant en CM1 – et de Guillemette, qui ont participé à la réunion des parents :
« J’ai trouvé très intéressante et enrichissante la réunion d’hier soir. Quelle belle initiative, je n’ai pas vu les deux heures passer et j’ai encore passé une heure en rentrant à en parler à la maison. Je ne saurais mieux résumer cette expérience qu’en vous disant : “j’aurais aimé que l’on m’explique les choses ainsi…”Les deux animatrices Grandir et Aimer parlent de leur sujet de façon passionnante, j’ai hâte que Hector les rencontre. »

« Notre fille Pénélope, en CM2, est rentrée de l’école ravie des interventions d’éducation sexuelle. Elle a monopolisé la parole tout le dîner pour nous redire, avec beaucoup d’enthousiasme, tout ce qu’elle avait appris du cycle féminin, de la fécondation et de la grossesse ! Elle était heureuse et fière de connaître tout cela ! »

Les AFC

Les Associations familiales catholiques sont un cadre d’engagement et d’entraide offert à tous ceux qui veulent agir dans la société au service de la famille à la lumière de l’enseignement de l’Église Catholique.

POUR ALLER PLUS LOIN

Lucas et Léa, le cours de la vie de Laura Bertail et Pascale Morinière, Salvator, 2017, 64 pages, 14,90 €. En plus de cet album pour les enfants, les AFC ont développé une web-série du même nom pour les enfants de 7 à 11 ans, suivie d’une deuxième pour les collégiens et d’une troisième pour les lycéens. Plus d’infos sur : www.afc-france.org/webserie/s/lucas-lea

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI