Le journal qui vous veut du bien !

LA SCIENCE PEUT-ELLE PROUVER L’EXISTENCE DE DIEU ?

6 janvier 2022

17 L1v N132 Olivier Bonnassies;;

C’est le livre événement de l’année 2021 : vendu à plus de 70 000 exemplaires en quelques semaines, près de 600 pages, trois années de travail, des dizaines de contributeurs, une préface signée par un prix Nobel de physique et une promesse : les preuves de l’existence de Dieu ! De quoi piquer la curiosité de Lili Sans-Gêne. 13,8 milliards d’années après le Big Bang, les plus grands scientifiques de notre temps auraient-ils fini par percer les derniers secrets de notre Univers ? L’auteur de Dieu, la science, les preuves. L’aube d’une révolution en est persuadé. Réussira-t-il à la convaincre ?

LE DÉBAT ENTRE LILI SANS-GÊNE ET OLIVIER BONNASSIES

Olivier Bonnassies est ancien élève de l’École polytechnique, diplômé de l’institut HEC start-up et de l’Institut catholique de Paris (licence en théologie). Entrepreneur, il a créé plusieurs sociétés. Non croyant jusqu’à l’âge de 20 ans, il est l’auteur d’une vingtaine de livres et de vidéos et de quelques spectacles, scénarios, articles, newsletters et sites internet sur des sujets souvent liés à la rationalité de la foi.

Si je vous suis bien, la science ne peut plus affirmer que Dieu n’existe pas ?

Olivier Bonnassies : La science a semblé longtemps se développer comme une explication alternative à la thèse de l’existence de Dieu. De Copernic à Freud en passant par Galilée, Laplace ou Darwin, chaque fois que la science progressait, la religion donnait l’impression d’être sur la défensive.

Rappelez-vous ce célèbre échange entre Napoléon Bonaparte et le grand astronome Laplace, venu lui présenter son Exposition du Système du monde : « Newton a parlé de Dieu dans son livre, je n’ai pas trouvé ce nom dans le vôtre une seule fois. » À quoi Laplace répond : « Citoyen premier Consul, je n’ai pas eu besoin de cette hypothèse. » Pendant longtemps, la science semblait n’avoir en effet pas besoin de l’hypothèse de Dieu pour expliquer le monde. Tout a changé au XXe siècle avec une série de découvertes étalées sur cent ans qui ont complètement bouleversé la donne : la thermodynamique, la mécanique quantique, la relativité, la naissance de la cosmologie, la découverte du Big Bang et de la complexité en biologie et, enfin, les réglages fins de l’Univers.

Parlons du Big Bang d’où sont sorties toutes les galaxies d’étoiles de l’Univers (dont la nôtre). Ce serait l’œuvre d’un « divin artificier » qui a mis le feu aux poudres ?

C’est incroyable ! Il n’y a pas tellement d’autre explication. « Ex nihilo nihil », disait le romain Lucrèce, reprenant le philosophe grec Parménide : rien ne surgit de rien. Comment l’Univers aurait-il pu se générer tout seul à partir de rien ? Désormais, avec la thermodynamique et la cosmologie, qui a produit des théorèmes robustes, il est confirmé qu’il y a un début absolu à l’Univers tel que nous le connaissons.

Toutes les visions athées du monde depuis Parménide, Démocrite, Héraclite, Lucrèce, jusqu’à Marx, Engels, Lénine, en passant par tous les philosophes du XIXe siècle, tous ont pensé que la matière avait toujours existé. Ce n’est plus admissible : il y a un début absolu à la matière, au temps et à l’espace. Et s’il y a un début, c’est qu’il y a une cause transcendante à cette émergence, qui n’est ni matérielle, ni temporelle, ni spatiale.

En quoi l’idée d’un Univers en expansion vient-elle accréditer l’existence de Dieu ?

Quand on pensait l’Univers stable, éternel et infini comme Einstein le croyait il y a cent ans, il était plus facile d’éviter le besoin d’un créateur. Mais si l’Univers est en expansion, il y a une flèche du temps : un début et une fin. Dans les années 1960, le scientifique américain Robert Dicke a calculé qu’un instant après le Big Bang, si la vitesse d’expansion de l’Univers avait été accélérée ou ralentie d’une fraction infinitésimale (au 15e chiffre après la virgule), nous ne serions pas là pour en parler ! Des dizaines de scientifiques ont fait ensuite de nombreuses découvertes équivalentes.

Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que le réglage de cette expansion, sa mécanique savante, n’est pas le fruit du hasard ?

Le début de l’Univers et son réglage fin rendent l’hypothèse de Dieu incontournable. Comment peut-il y avoir un début s’il n’y a pas de cause, et comment peut-il y avoir un réglage s’il n’y a pas un Dieu créateur derrière ? Le plus naturel est de penser qu’un esprit intelligent a ajusté les choses d’une manière absolument folle pour nous permettre d’exister !

Les données initiales de l’Univers et les lois de la physique et de la biologie sont réglées de manière tout à fait improbable : une variation, même faible, de certaines constantes fondamentales n’aurait pas permis à la vie d’apparaître dans l’Univers. Or, on dénombre aujourd’hui près de 200 types d’ajustement fin des constantes universelles ! Au point que même les scientifiques athées considèrent ces coïncidences favorables comme « miraculeuses » (cf. p. 193 du livre). La probabilité que tous ces paramètres concordent est presque impossible à évaluer. Elle consisterait a minima à piocher 20 fois d’affilée le même grain de sable au milieu de tous les grains de sable répandus sur la terre ! Ces faits qui nous étaient inconnus il y a cent ans font l’unanimité aujourd’hui. Il n’y a plus de débat. Or ces vérités ont des conséquences qu’il faut évaluer.

Vous comparez l’Univers à une bûche brûlant dans sa cheminée qui, une fois consumée, s’éteint. Qu’est-ce que Dieu vient faire là-dedans ?

La thermodynamique est un mot compliqué, mais une réalité assez simple : les choses vont en s’usant dans un désordre croissant. Quand on voit une bûche flamber dans une cheminée, on peut être certain qu’elle finira en cendres dans quelques heures. Mais on est tout aussi certain que quelqu’un est venu l’allumer quelques heures plus tôt ! Il en va de même pour le soleil : à chaque seconde, il brûle des centaines de millions de tonnes d’hydrogène qui nous fournissent de la lumière et de l’énergie, jusqu’à l’épuisement du stock et son extinction. Toutes les étoiles de l’Univers subiront le même sort. C’est la mort thermique de l’Univers. Ce principe impose un début ordonné, la main qui tend l’allumette pour faire flamber la bûche.

Je lis dans votre ouvrage que le récit de la création du monde rapporté dans la Genèse serait crédible… Je pensais que c’était des contes de fées, tout ça !

Quand on fait une enquête rationnelle et quand la science veut progresser, elle s’intéresse aux anomalies. La Bible est une anomalie. Lorsqu’elle a été écrite, toutes les civilisations de l’Antiquité qui environnaient le peuple hébreu – en Mésopotamie, en Égypte, en Grèce, à Rome… – étaient plus structurées, avec une vie intellectuelle, des bibliothèques, des astronomes, des savants, etc.

Pourtant, les uns affirmaient que les astres étaient des dieux, que le monde se divisait en divinités, demi-dieux, héros, hommes, esclaves, etc. Tandis que les autres annonçaient qu’il n’y avait qu’un Dieu, qu’il était transcendant, qu’il avait créé la lumière, le ciel, la terre, que l’Univers avait eu un début et qu’il aurait une fin, que les étoiles sont des luminaires dans le ciel et que nous sommes tous fils d’Adam, membres d’une même humanité. Ces vérités défendues par un petit peuple de bergers étaient contre-intuitives, partagées par personne. Pourquoi les Hébreux ont-ils eu raison ? Est-ce qu’un Dieu s’était révélé à eux et leur avait donné la bonne réponse, ou bien s’agissait-il d’un immense coup de bol ? Rationnellement, la seconde option est difficile à croire…

La Bible, la révélation chrétienne, la venue du Christ sur terre, sa résurrection, les apparitions, les miracles sont des anomalies de l’histoire. Avant que la science n’intervienne, le monde entier croyait en Dieu, sur tous les continents et depuis des siècles, car l’existence même de l’homme, sa conscience, la beauté de la nature, l’ordre de l’Univers… tout conduisait à Dieu. La science a semblé battre tout cela en brèche, mais elle vient de changer de camp. Le faisceau de preuves convergentes, rationnelles, indépendantes est si convaincant qu’il y a maintenant bien peu de place au doute.

ALLER PLUS LOIN

 

Dieu, la science, les preuves. L’aube d’une révolution Michel-Yves Bolloré et Olivier Bonnassies, Guy Trédaniel éditeur, 2021, 580 pages, 24 €.

 

 

 

 

 

D’AUTRES DÉBATS VOUS ATTENDENT SUR DÉCOUVRIR-DIEU.COM

“Flashez-moi avec votre téléphone”

FAIRE UN PAS DE PLUS

avec Découvrir Dieu

Posez-nous toutes vos questions de foi. Des personnes se tiennent disponibles pour dialoguer avec vous.

Vous souhaitez échanger avec un chrétien ou confier une intention de prière.

Trouvez une église dans votre région ou votre ville.

recevez un encouragement par semaine avec souffle

Souffle est une newsletter proposée par découvrir dieu

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail