Aude : « Dieu était là et je ne le savais pas… »

by Alexandre Meyer

Épreuves sur épreuves frappent Aude et son mari. Mais un soir, elle comprend que malgré son silence apparent, Dieu a toujours été à ses côtés…

Propos recueillis par Laurence Meurville

Nous sommes mariés depuis 21ans. Au début, tout va très bien. Mais les années passent, et pas d’enfant à l’horizon… C’est une grosse épreuve. Nous nous sentons abandonnés par Dieu. Il est loin de nous, et il ne répond pas à nos appels ! Petit à petit, face à toute cette souffrance, nous laissons tomber toute pratique religieuse. Parallèlement, nous engageons toutes les démarches nécessaires en vue d’adopter un enfant. Et au bout de huit ans, alors que nous ne nous y attendons plus du tout, nous recevons un appel téléphonique : un petit garçon nous attend enRussie. Nous sommes fous de joie.

En colère contre Dieu

Un an et demi plus tard, nous sommes confrontés à une nouvelle épreuve lourde : j’apprends que je suis atteinte d’un cancer. Très secoués, de nouveau, nous nous disons : « Mais Dieu, qu’est-ce qu’il fait?». Il semble toujours aussi loin de nous et aussi sourd à nos appels…Nous sommes très en colère contre lui. Pendant une année, je suis soignée par chimio, radiothérapie et différents traitements très lourds. En parallèle, malgré tout, nous décidons de mettre en place une nouvelle procédure d’adoption en vue d’accueillir un deuxième petit garçon. Et après neuf mois de traitement, un coup de téléphone nous apprend qu’un enfant nous attend. C’est le bonheur. Nous vivons notre premier Noël à quatre dans une joieimmense.Puis de nouveau, au bout d’un an, toutsemble s’écrouler : je suis atteinte d’un deuxième cancer. Un cousin dont je suis très proche, et qui lui-même se bat avec cette maladie depuis quatre ans, apprenant ce qui m’arrive me dit : « Tu devrais recevoir le sacrement des malades.» Je lui réponds du tac au tac : « Je ne vois vraiment pas à quoi cela pourrait me servir !… » Mais mon mari réussit à me convaincre. Et c’est ainsi que nous nous retrouvons dans notre paroisse pour une veillée au cours de laquelle je reçois le sacrement des malades. Il ne se passe rien d’extraordinaire ce soir-là, si ce n’est que je ressens et vis une communion profonde avec ceux qui nous ont accompagnés.

Une confession et des larmes

Petit à petit, alors que je commence à nouveau des traitements, nous nous rapprochons, mon mari et moi, de notre paroisse. Ainsi, nous nous sen- tons moins seuls dans cette lourde épreuve. Nous sommes un peu plus en famille, et entourés. Un jour, une nouvelle veillée est proposée. Des prêtres se tiennent à notre disposition pour la confession. Il y a aussi le Saint Sacrement (Jésus présent dans son Eucharistie) qui passe dans les allées, et enfin l’adoration eucharistique, c’est-à-dire que l’on peut prier devant l’hostie exposée. C’est alors que je me sens poussée à aller voir un prêtre pour la confession, situé dans la rangée d’à côté. Je me dirige vers lui, un peu comme un automate. Arrivée près de ce prêtre, je commence à me confesser et je dépose tous mes fardeaux. C’est la première fois que je me libère autant de toutes ces années de souffrance, d’incertitudes, d’inquiétudes, de colère. Et à travers le regard de ce prêtre, je vois vraiment celui de Jésus sur moi. Il est là rien que pour moi, et me fait comprendre qu’il m’a toujours accompagnée pendant toutes ces années, dans mes joies comme dans mes peines. Bouleversée, je fonds en larmes et sors comme « sonnée » de cette veillée. Depuis cette veillée, les années ont passé. Ma maladie est toujours là, avec rémissions et rechutes mais désormais, je vois Dieu présent et agissant dans ma vie, aussi à travers les autres. Avec mon mari, nous nous sentons tellement portés, entourés. Nous sommes émerveillés par tant d’amour. Je considère maintenant Jésus comme un compagnon de route. Il fait partie de mon quotidien. Je lui par le. Sa présence est comme évidente. C’est le Christ qui est le cœur de ma vie.

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI