Andrée Grise : Le groove qui grise

by Hélène Bordes

Rencontre. Primée aux Angels Music Awards, Andrée Grise grésille de ferveur. Sa foi, elle la chante. Placide et sereine, cette métisse nous offre un premier album solaire. Une vraie bonne nouvelle.

Propos recueillis par Magali Germain

Mélodiste dans l’âme, Andrée Grise revisite le bon vieux gospel avec des notes de blues, de pop et de folk. Son métissage musical s’accorde aux mille facettes de la parole de Dieu, un feu qui coule en elle comme une source. De plénitude en solitude, au tamis des moments plus rudes, cette chanteuse a pris racine en Dieu. Elle le chante. Et sème son grain de voix au vent de l’été.

Andrée, si vous étiez une couleur?

Je serais le bleu de l’océan, le bleu du ciel.

Le mot que vous prononcez le plus dans une journée?

Oh, my God! Mais, je dis beaucoup de mots dans une journée…

Quelles sont les grandes lignes mélodiques de votre vie?

Mon mari, mes enfants, le gospel, la tournée avec Raphaël Gualazzi, le chanteur italien de jazz. Cette tournée à ses côtés a été une expérience très riche pour moi, elle m’a beaucoup poussée.

Pourquoi, pour qui sautez-vous du lit le matin?

Je me lève parce que je dois travailler, parce que je dois gagner de l’argent, pour m’occuper des enfants, parce que je suis en vie, pour essayer de faire aujourd’hui ce que je n’ai pas pu faire hier.

Que vouliez-vous dire avec ce premier album?

Je voudrais partager ma foi en Dieu, en la vie, en ce qu’il y a de meilleur.

Quel rôle joue la foi dans votre vie?

Par la foi, je me suis libérée de la tristesse, du pessimisme, des déceptions, des blessures de la vie, des doutes et de la mort. Grâce à la foi, c’est possible de combattre tout ça.

Votre foi est-elle votre source?

C’est ma force. Je suis multiple. Mais ma source, c’est Dieu, c’est ma Bible, c’est là que je regarde toujours. Quand ça ne va pas ou quand je suis heureuse, ma source, c’est la Bible, c’est la base de ma vie.

Votre premier rendez-vous avec Dieu ?

C’est le gospel qui m’a fait entrer dans la Parole de Dieu.

Comment avez-vous atterri chez Universal?

C’est la grâce! Et puis il y a eu ces rencontres avec des musiciens, avec Jean-Claude Ghrenassia qui m’a donné la possibilité d’enregistrer l’album. Il a cru dans le projet. Au départ, le projet, c’était juste une voix avec une guitare…

Quelles sont les caractéristiques musicales de votre album?

C’est un mélange de pop et de gospel, c’est un album un peu nouveau. Il ne ressemble à rien. C’était juste un désir de chanter.

Les paroles et les mélodies sont-elles de vous?

Tout à fait. J’ai commencé à la guitare. Et puis on a fait écouter ça au réalisateur Jean-Claude Ghrenassia. « Tiens ! on va faire quelque chose avec ça… » Et ça a démarré très spontanément, très naturellement.

Vous avez l’air d’avoir une relation très tendre avec Dieu?

C’est mon père! Pour moi, Dieu, c’est un père. La foi, ça a l’air naturel chez vous. Explication. À force, oui. À partir du moment où j’ai décidé de lui donner ma vie, Dieu est là.

Quel est votre personnage biblique préféré?

Je pense souvent à Abraham, au choix qu’il a eu à faire quand il a été mis à l’épreuve. Il aurait pu renoncer… Vos chansons semblent avoir la Bible pour langue maternelle… Je ne sais pas, je ne suis pas pasteur non plus! Je n’ai pas grandi dans une église. Mais il y a quelque chose que je n’ai encore jamais dit. J’ai vraiment douté dans ce métier. Je me suis posé la question de savoir pourquoi je chantais. Il y a eu une période où j’étais vraiment perdue, je ne savais pas quoi faire, je ne savais pas encore jouer de la guitare. On me disait que j’avais un don.

Un don, oui. Mais pour quoi?

Et une amie m’a invitée à trouver mes réponses dans la Bible. J’étais tellement désemparée que j’ai lu ma Bible, en commençant au début, à la Genèse. Tout a découlé de là. Cet album, je le vois un peu comme ça. On part de rien du tout. Et finalement, ce projet, aujourd’hui, il a pris forme. Au départ, dans le récit de la Genèse, il n’y a rien non plus, puis il y a un mot, puis quelque chose naît. Cet album, c’est la naissance d’un mot. Vous êtes belle.

De qui tenez-vous cette beauté?

De ma Maman, bien sûr, qui était beaucoup plus belle que moi. Maman était une très belle femme.

Que disent vos proches à votre sujet?

Je ne sais pas… Peut-être que je suis une femme entière.

Quelle chanteuse admirez-vous?

J’aime toutes les femmes qui vivent ce qu’elles chantent.

Le secret de votre sérénité ?

Je ne suis pas toujours sereine. J’ai de grands moments de doute. Mais, bon, j’ai fait un choix. J’ai quarante ans. J’ai des enfants. Je suis responsable. J’ai aussi une part de folie, rassurez-vous! Il faut.

Votre prière du moment?

J’ai lu dernièrement le livre de Daniel. Quand Daniel s’adresse à Dieu. depuis la fosse aux lions, il implore sa miséricorde. C’est ça, ma prière : j’implore la miséricorde de Dieu. Car ce n’est pas par ma force que je peux obtenir quoi que ce soit, mais par grâce et par miséricorde.

L’été, une saison pour quoi faire?

L’été, pour moi, c’est une nouvelle porte qui s’ouvre. Ce sont les vacances, les rencontres, la détente. Les gens se montrent, sont plus détendus, sont moins dans le contrôle. Si on pouvait être un peu plus spontanés!

Quand vous partez en vacances, qu’emportez-vous impérativement?

Ma bible, ma guitare et mon téléphone.

Où passerez-vous l’été?

Dans le Sud, au bord de la mer.

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI