Sofie Hamring : peut-on être libre dans une religion ?

by administrator

Débat. Tous les hommes ont une quête spirituelle. Certains recherchent le divin dans une religion, d’autres dans une quête plus large. Sofie Hamring l’a cherché jusqu’en Inde et dans des expériences très diverses… avant de devenir religieuse.

Débat entre Lili Sans-Gêne et Sœur Sofie Hamring

Je ne veux pas être enfermée dans un système spirituel étroit. Je veux m’ouvrir à la vérité tout entière. Il faut chercher la vérité sans cesse.

Je suis tout à fait d’accord avec vous. Moi non plus, je ne veux pas être enfermée, et surtout pas dans un système spirituel. Comme vous, je veux m’ouvrir à la vérité tout entière, et la vérité ne peut jamais enfermer. Elle rend libre. Savez-vous qu’un des mots dans la Bible pour dire le salut veut dire « desserrer des liens » ? Le peuple d’Israël a été libéré de l’Égypte dont le nom en hébreu – Mitzrayim – évoque l’idée d’étroitesse, d’être ficelé. Sortir d’un lieu étroit, élargir son espace, c’est cela le salut selon la vision biblique  ! Et quel est ce lieu étroit d’où il faut sortir ? Le cul-de-sac suprême, dont il faut être libéré, c’est la mort, et il s’agit bien de cela. Mais il y a aussi un enfermement en nous-mêmes qui nous rend esclaves de notre égoïsme, et donc jamais vraiment heureux. Toujours en quête d’un nouveau plaisir, d’une nouvelle expérience ou affirmation de soi, des possessions ou des pouvoirs qui ne peuvent durablement assouvir notre soif de bonheur. Sortir des limites de mon propre ego pour me livrer à un Autre plus grand que moi. C’est ça « se réaliser », car c’est cela, l’amour. Et nous sommes créés pour l’amour. Alors là, je peux vous promettre que votre existence s’ouvrira à l’infini et que vous serez vraiment libre. C’est comme un grand saut à l’élastique que même la mort ne pourra limiter.

 Je peux comprendre que vous croyiez en Dieu, mais de là à lui offrir votre vie, c’est un peu extrême…

Jésus est venu nous révéler le visage adorable de Dieu. Il est vraiment le seul qui puisse susciter cet élan d’amour qui nous fait décrocher de nous-mêmes. Abandonner notre vie entre ses mains, c’est la liberté suprême que nous pouvons choisir. Et c’est tout sauf un « système ». C’est une vie qui porte des fruits insoupçonnés et une découverte perpétuelle de la vérité infinie. La grande question est vraiment celle-ci : Est-ce que je veux « me réaliser » en abandonnant ma vie à Dieu, étant sa créature. Ou bien est-ce que je veux me réaliser en me faisant moi-même mon propre créateur. Dans le premier cas, je reconnais mes limites, laissant à Dieu la liberté de faire de moi ce qu’il veut. Et ce sera toujours plus merveilleux que je n’aurais pu imaginer. Dans le deuxième cas, ma vie sera une œuvre limitée et éphémère. Car je suis un être fini. Unis à Dieu, Dieu nous donnera part à sa vie éternelle. Une vie sans limites, car je communie à son être infini. C’est cela le salut chrétien.

 Il y a d’autres livres saints que la Bible, et d’autres maîtres spirituels que Jésus!

Il y a beaucoup de livres spirituels de grande valeur, qui sont précieux pour nous donner la sagesse et approfondir la connaissance de Dieu et de l’homme. Or la Bible dit quelque chose sur elle-même qui la met complètement à part ; elle dit qu’elle a « le pouvoir de communiquer la sagesse qui conduit au salut par la foi dans le Christ Jésus » (2 Tm 3, 15). C’est donc un livre écrit pour que le lecteur soit sauvé.

D’autres livres proposent aussi un « salut », mais alors il s’agit d’initiations mystiques, de systèmes moraux, de techniques ou de sagesses philosophiques. La Bible offre autre chose. Elle nous fait rencontrer Dieu, une mise en contact réelle avec Celui qui seul peut assouvir notre soif d’amour. La Bible n’est pas n’importe quel livre historique sur les actes de Dieu, c’est une Parole de Dieu.

Quand j’ouvre la Bible, moi je n’y vois que de l’humain, je ne vois pas ce qu’il y a de vraiment divin.

Alors, j’avoue que ça peut être difficile à avaler, car la Bible est si terriblement humaine aussi. Comment expliquer la violence, les luttes de pouvoir, jalousies, trahisons, et toute cette bassesse humaine qui défilent sur presque chaque page du début à la fin ?

Toute parole est faite pour une communication, pour relier des êtres entre eux. La Parole dans la Bible n’est pas « dictée », toute pure du ciel, comme le Coran, selon l’islam. C’est à la fois une parole de Dieu et une parole de l’homme. L’être humain n’est pas un canal passif, sans liberté. Dieu s’adresse à lui tel qu’il est, et c’est une très bonne nouvelle pour nous. Voulez-vous vous voir tel que vous êtes, sans masques ni censure ? Lisez la Bible. Vous y trouverez votre propre quête, vos propres échecs, votre pauvreté et péché. Toute votre vie, si vous lisez bien, avec humilité de cœur.

En fait, pour que cette parole devienne vivante pour vous, il y a une condition. Il faut se mettre à genoux, c’est-à-dire reconnaître qu’on fait partie de cette même pâte humaine si tragiquement cassée par le péché. Alors, si avec sincérité du cœur vous vous mettez à écouter cette Parole venant de Celui qui se penche avec amour sur votre être blessé, vous allez voir que Celui qui parle est vivant. La Parole a été mise par écrit pour que vous « ayez la vie » (Jn 20, 30). Aucun autre livre dans le monde ne peut vous offrir cela. Il y a certes d’autres maîtres spirituels que Jésus, c’est vrai, mais Jésus a des prétentions exceptionnelles qui le mettent complètement à part. Il oblige à prendre position sur sa personne comme aucun autre maître. « Qui dites-vous que je suis ? » « Qui n’est pas pour moi est contre moi. » « Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle. » « Quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. » Ni Bouddha, Muhammed, Krishna, Confucius ou aucun autre maître n’ont été, à ce point, fixés sur leur propre personne. Ils proposent une vérité et un chemin de vie, alors que Jésus dit qu’il EST le chemin, la vérité et la vie. Soit Jésus est un démagogue, dangereux et fou. Soit il est Dieu en personne. Et s’il est Dieu, sa Parole ne peut être que véridique. Alors, il est vivant, comme il l’a promis, vainqueur de la mort. Vous pouvez vous adresser à Lui à cet instant même et l’écouter quand Il parle à votre cœur. Il pose encore cette question : « Et vous qui dites-vous que je suis ? »

 Je crois qu’il n’y a pas d’autre vérité que la mienne. La vérité est en moi, chacun a la sienne.

Non, je suis désolée, je ne crois pas que la vérité soit « en » vous, ni « en » moi. Elle n’est pas un petit truc que je possède à moi seule. Est vrai ce qui est en accord avec la réalité. La vérité, c’est la correspondance entre une réalité et la perception de cette réalité. Si je vois un chat et je dis que c’est un chat, je suis dans la vérité. Certes, je peux choisir de penser que pour moi ce n’est pas un chat, mais seulement une peluche, ou bien une carotte ! Est-ce que je suis plus libre pour autant ? Je serais au contraire totalement enfermée dans mon subjectivisme, sans pouvoir communiquer avec d’autres, car les mots n’auraient plus de sens. Il s’agit de s’accorder à une vérité qui nous précède de toutes parts, parce que nous n’avons pas créé le monde. Quelle tristesse si la vérité n’était qu’un sentiment confectionné par notre subjectivité. Quel enfermement si chacun se sauvait par sa propre petite vérité à soi.

Il y a bien sûr aussi une réalité en nous-mêmes sur laquelle il faut faire la vérité. Il s’agit d’être vrai par rapport à nos sentiments, nos réflexes et pulsions humiliantes, comme la jalousie ou le désir de vengeance. Ne pas se faire trop d’illusions sur soi-même. Faire la vérité, c’est aussi écouter sa conscience et ses désirs les plus nobles. Ainsi on se libère peu à peu des pressions extérieures, à la mode du temps, aux slogans qui nous aliènent. Finalement c’est reconnaître ses vrais talents. Cela s’appelle être humble. Celui qui dit qu’il est la Vérité nous invite à le suivre. C’est tout le contraire d’une vérité confectionnée pour soi. Il faut tout simplement faire le saut pour goûter ce qu’il nous offre.

Sofie Hamring

À la fin des années 1970, Sofie, assoiffée de vérité, parcourt le monde pour la trouver. Dans un kibboutz israélien, un ashram indien, sur les plages australiennes, à travers le yoga, l’amour, elle l’a cherchée partout. Sa soif spirituelle ne s’est apaisée que dans sa rencontre avec le Christ. Au point qu’elle est devenue religieuse dominicaine. Elle a raconté son histoire passionnante dans son livre Stairway to heaven.

Pour aller plus loin :
Stairway to heaven, un voyage initiatique, Sr Sofie Hamring, o.p. Éditions Emmanuel, 2016

L’Expérience Interdite, Joseph Verlinde, Éditions Saint-Paul, 2006

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI