« Je cherchais Dieu »

by administrator

À l’adolescence, lors du divorce de ses parents, Alexis s’est éloigné de la foi de son enfance. Mais sa soif d’absolu n’était pas totalement morte.

Propos recueillis par Laurence Meurville

Lors d’une randonnée dans le Vercors avec un ami, il y a deux ans, nous nous sommes mis à parler de Dieu. Je me posais la question de son existence. Curieusement, le lendemain, je me suis réveillé avec le désir d’aller dans une église : je n’y avais pas mis les pieds depuis ma profession de foi, sept ans plus tôt. En effet, lorsque j’étais adolescent, mes parents ont divorcé et ma famille, de culture catholique, a alors cessé toute pratique religieuse.

J’ai joué l’indifférence
L’après-midi de ce même jour, alors que je marchais dans la rue avec des amis, des jeunes nous ont abordés et ont commencé à nous parler du Christ comme jamais on ne m’en avait parlé jusqu’à ce jour. Pour eux, il était vivant et il pouvait agir concrètement dans ma vie. Il suffisait que je lui ouvre mon cœur. Ils me disaient combien la foi avait changé leur vie et combien ils étaient heureux de vivre « avec Dieu ». Ne voulant pas perdre la face devant mes amis, j’ai d’abord joué l’indifférence. Ces jeunes nous ont cependant proposé de les accompagner dans l’église voisine. C’était la paroisse de mon quartier, l’église de mon enfance. Là, ces jeunes ont prié pour nous, puis nous les avons quittés. Mais quelque chose me poussait intérieurement à mieux connaître le Christ. Une heure plus tard, je suis donc retourné dans cette église, seul. Cette fois les jeunes m’ont proposé de les accompagner à Paris, où se prolongeait le festival Anuncio, auquel ils participaient. Étonnamment, ma mère m’a laissé partir sans résistance, ce qui n’était pas son habitude. Pendant ces journées passées à Paris, j’ai rencontré beaucoup de jeunes accueillants, ouverts, joyeux. Un amour simple et lumineux émanait de tout leur être. Je voulais comprendre et expérimenter ce qui les rendait si heureux. J’ai décidé d’aller recevoir le pardon de Dieu dans le sacrement de la réconciliation. J’y ai reçu une grande paix.
De retour à Lyon, j’ai rejoint un groupe de prière où m’avaient invité des personnes rencontrées à Paris et j’y suis retourné fidèlement toutes les semaines, heureux de pouvoir ainsi fortifier ma foi et de retrouver des jeunes chrétiens. Puis, j’ai décidé de me préparer au sacrement de la confirmation. Ce jour-là, c’est avec une immense joie que j’ai reçu l’Esprit Saint, l’Esprit de Dieu que le Christ a promis à ses disciples. J’étais déjà baptisé, j’avais fait ma première communion et ma profession de foi mais, désormais, je voulais vivre vraiment en chrétien, en ressemblant de plus en plus au Christ. Et pour cela, j’avais besoin de son Esprit.

Le plus beau moment de ma vie
L’été suivant, je suis retourné au même festival de jeunes chrétiens. Cela se passait dans un premier temps à la Sainte-Baume, dans le sud de la France, un haut-lieu spirituel où est vénérée sainte Marie-Madeleine, la femme qui, selon les Évangiles, est la première à avoir rencontré le Christ ressuscité. D’après la tradition provençale, elle a vécu là, dans une grotte, les trente dernières années de sa vie. Là, j’ai de nouveau reçu le pardon de Dieu. Puis, il nous a été proposé que d’autres jeunes prient pour nous. J’ai accepté. Après cette prière, je me suis assis sur un banc et j’ai vécu une expérience spirituelle très forte. Dans cette grotte où il ne devait pas faire plus de 12°, j’ai ressenti comme un vent chaud souffler sur moi : je me suis senti enveloppé par l’amour de Dieu. J’ai pleuré longuement… de joie. J’avais conscience que je vivais le plus beau moment de ma vie. Je me suis mis à dialoguer avec Dieu, lui disant combien je regrettais de ne pas l’avoir connu plus tôt.
Cette expérience m’a donné la certitude de l’amour de Dieu pour moi. Depuis, je n’ai plus peur d’annoncer cet amour pour chaque homme et cela me rend profondément heureux.

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI