LES GUIDES ET SCOUTS D’EUROPE, TOUJOURS PRÊTS !

by Alexandre Meyer

« Essayez de laisser ce monde un peu meilleur qu’il ne l’était quand vous y êtes venus » disait Lord Baden-Powell, le fondateur du scoutisme (de l’anglais scout, éclaireur). Le général britannique en retraite reconnaissait sans mal que « la meilleure réalisation de ma pensée, est ce qu’en a fait un religieux français », le père Jacques Sevin, qui a importé le scoutisme en France il y a exactement 100 ans.

TEXTE ALEXANDRE MEYER – PHOTOS AGSE-7E VERSAILLES, AGSE-ETN, BENOIST CLOUET, JOSEPH DROUET, AUDE DUPUY

Illustration : Guides-aînées en route vers Paray-le-Monial en 2019. Chaque année au moment de la Toussaint, c’est dans la joie que près de 1 000 guides-aînées cheminent vers un même point de rassemblement. L’occasion pour les jeunes femmes de marquer une pause dans le tumulte de la vie quotidienne, pour se ressourcer humainement et spirituellement.

À gauche : Promesse de louveteau à la 7e Versailles en 2019 : « Je promets de faire de mon mieux, pour être fidèle à Dieu, à mes parents, à ma patrie, à la loi de la meute et pour rendre chaque jour un service à quelqu’un. » En présence de l’Akela (la cheffe du groupe), du conseiller religieux et de ses parents, le jeune garçon affirme sa volonté de progresser dans le groupe qui l’a accueilli.

AU SERVICE

Le génie de la pédagogie scoute, consiste probablement à allier le jeu et l’aventure à la formation humaine et la connaissance de soi. Une intuition qui comble les enfants comme les parents. C’est pour cela que le scoutisme a été pensé, y compris pour « récupérer » les jeunes déshérités ou turbulents. Le père jésuite Jacques Sevin (1882-1951), fondateur du scoutisme catholique en France y a ajouté la dimension spirituelle : « Ton prochain, ce n’est pas seulement les scouts, ni tes concitoyens, ni les hommes qui parlent la même langue que toi et qui sont nés du même côté de la rivière. C’est tous les hommes. »

UN ENGAGEMENT À VIE

Le mouvement favorise l’éducation des jeunes par d’autres jeunes un peu plus âgés : les louveteaux et louvettes (de 8 à 12 ans) sont emmenés par un Akela ; les éclaireurs et les éclaireuses (de 12 à 17 ans) sont placés sous la responsabilité d’un chef de troupe ; les routiers et les guides-aînées (de 18 à 21 ans) sont sous l’égide d’un commissaire de district. Loin d’une organisation militaire, le scoutisme observe au contraire une hiérarchie de service de haut en bas : les aînés se dévouant aux cadets et les cadets aux plus jeunes. Delphine est directrice déléguée du Rasso (une jeune association réunissant les anciens et les amis des Guides et Scouts d’Europe) : « Le scoutisme est une école de vie exceptionnelle, qui inculque le sens du service et des responsabilités, la fraternité… Ceux qui ont vécu l’aventure scoute en sont généralement marqués à vie, avec le sentiment d’appartenir à une grande famille, liée par ce commun engagement qu’est la Promesse. »

UNE VIE D’AVENTURE

Le premier principe de la fédération du scoutisme européen est : « Le devoir du scout commence à la maison. » De nombreux parents le reconnaissent, ravis : « Depuis qu’il est chez les louveteaux, le mois qui suit le retour de camp, c’est le bonheur : un mois de prière avec des chants magnifiques, de cuisine et de vaisselle ! » Rémi est chef de groupe et papa de quatre jeunes scouts : « Le scoutisme est aussi un moyen de s’amuser, de vivre l’aventure au cours de grands jeux, de se déguiser, d’apprendre à se débrouiller, de se réaliser, d’explorer le monde. Sans oublier un esprit de camaraderie : la joie de passer du temps entre amis. »

 

Camp de l’été dernier du réseau des patrouilles libres de garçons. Moment phare et incontournable des camps guides et scouts : le « Concu » ou concours cuisine ! À partir d’ingrédients identiques, chaque patrouille doit proposer un repas goûté et noté par les chefs.

À gauche : meute nantaise. Le chant fait partie de l’ADN des Guides et Scouts d’Europe. Les enfants apprennent à chanter, à lire une partition puis, pour ceux qui le souhaitent, à animer un chœur. Que l’on soit chez les louveteaux ou chez les aînés, un camp où l’on ne chante pas n’est pas un camp scout !

Louveteaux et louvettes nantais. La pédagogie louvetisme (8-12 ans), développée par Vera Barclay, s’appuie sur l’apprentissage par le jeu et un imaginaire issu du Livre de la Jungle de Rudyard Kipling. Si vous rencontrez des jeunes loups, ne soyez pas surpris de les entendre parler d’Akela, de Baloo, de Mowgli et d’autres personnages du célèbre roman.

 

POUR EN SAVOIR +

www.scouts-europe.org

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI