La logothérapie. Trouver un sens à sa vie

by administrator

Thérapie. La logothérapie est une méthode de psychothérapie basée sur la recherche du sens de sa vie, inventée par Viktor Frankl (1905-1997), professeur autrichien de neurologie et de psychiatrie.

Par Léo Abrami.

La recherche du sens de la vie et sa réalisation sont des démarches indispensables à l’équilibre psychologique et moral, et au bien-être de l’individu. C’est ce qu’affirme Viktor Frankl, professeur de psychiatrie et de neurologie à l’université de Vienne, et inventeur de la logothérapie, ayant survécu à trois années de camp de concentration. Il avait observé, en effet, que les individus qui ne pouvaient pas trouver de sens à leur vie finissaient souvent par développer des symptômes psychopathologiques variés, disparaissant dès qu’ils découvraient un sens à leur vie. C’est d’ailleurs pour cette raison que Frankl nomma son approche la logothérapie ou thérapie orientée vers le sens (logos). La recherche du sens – ou plus exactement la possibilité d’un sens qui aspire à devenir réalité – constitue la motivation la plus importante du comportement humain, selon Viktor Frankl. Il observe, en effet, que les personnes n’arrivant pas à concevoir ou à réaliser leurs possibilités de sens finissent souvent par développer des symptômes d’anxiété et de dépression. Il remarque aussi que ces patients retrouvent un équilibre et une joie de vivre dès qu’ils commencent à concrétiser des projets riches de significations profondes. S’appuyant sur cette observation, Frankl conçoit alors une méthode en deux temps : aider le patient à découvrir d’abord en lui ces possibilités de sens et, ensuite, à les concrétiser.

Frankl insiste sur le fait suivant : ce n’est pas nous qui inventons le sens, mais nous le découvrons en nous lorsque nous nous appliquons à le rechercher. Il est convaincu que ce sens a des racines dans l’inconscient spirituel de l’individu et qu’il n’est autre, en fait, qu’une manifestation de ce sens ultime perçu par l’individu comme sa vocation profonde.

Frankl a suggéré trois catégories de valeurs qui devraient nous aider à découvrir un sens – ou des sens – à notre vie. Nous pouvons trouver ce sens, nous dit-il, lorsque nous travaillons à la réalisation des causes qui nous sont chères et des idéaux auxquels nous aspirons, et que nous faisons preuve de créativité. Frankl appelle ces valeurs « créatrices ». Nous pouvons aussi trouver ce sens dans les expériences affectives, esthétiques ou artistiques que nous éprouvons dans notre vie intérieure, dans l’amour d’une personne ou dans la consomption de l’amour de Dieu ou d’un idéal transcendantal. Nous pouvons aussi réaliser ce sens lorsque nous adoptons une attitude noble et stoïque vis-à-vis des événements qui affectent notre existence, même lorsque nous devons faire face à la souffrance et à la misère humaines. Ce sont les valeurs d’attitude ou de changement.

La satisfaction que l’individu obtient de la réalisation des activités qui sont remplies de sens est telle qu’elle lui permettra de consolider ses structures du moi et ses systèmes de défense. Alors, libéré de ses préoccupations psychopathologiques et morbides, il pourra s’engager dans une nouvelle phase d’épanouissement de sa personnalité. Ainsi, plutôt que de combattre de front les aspects pathologiques de la personnalité du patient, la logothérapie s’efforce de développer et de fortifier ce qui est sain et riche de potentialités thérapeutiques chez ce dernier. Plutôt que de vouloir rectifier les expériences traumatiques du passé, tâche quasiment impossible à réaliser, elle va s’efforcer d’intervenir dans le présent et essayer d’influencer le futur.

Le choix d’un projet

Dans un second temps, l’individu devra s’engager à concrétiser ces projets imprégnés de sens, par étapes successives, en commençant par un projet mineur, pour s’acheminer finalement vers la réalisation de l’un ou l’autre des grands idéaux auxquels il aspire. C’est à lui qu’il appartiendra de faire le choix du projet qu’il entend réaliser. La réalisation de chacun de ces projets permettra au patient de prendre conscience de l’importance des significations qu’ils contiennent et d’apprécier les résultats de ce processus, porteur de guérison. Cette thérapie, en fin de compte, permettra à l’individu de mieux intégrer les différentes dimensions de sa personnalité. Le rôle du logothérapeute est d’aider le patient à découvrir ses valeurs de sens, et de l’inviter à examiner son expérience passée en faisant une liste de ces événements heureux qui ont jalonné sa vie et qui contiennent, probablement, le secret de sa vocation profonde.

Propos recueillis par Émilie Pourbaix.

Léo Abrami. Il enseigne à l’Institut de logothérapie de Phoenix. Il est membre de l’Arizona Psychoanalytical Society et de l’Association française d’analyse existentielle et de logothérapie.

DEUX CLES de la logothérapie

” La recherche du sens de sa vie est la motivation la plus forte pour l’homme “

Afin d’aider le patient à surmonter les problèmes pouvant faire obstacles au processus thérapeutique, Frankl conçut des méthodes très efficaces.

1. Se résoudre au pire. L’intention paradoxale consiste à vouloir précisément ce que nous appréhendons le plus. En effet, l’anxiété et la peur peuvent provoquer ce que nous craignons. Afin d’aider le patient à surmonter ses accès d’anxiété, il lui suggère de se résoudre au pire, volontairement, quelle qu’en soit la conséquence. Ce procédé consiste à renverser l’attitude du patient en lui demandant de vouloir ce dont il a le plus peur. Par exemple, pour un individu souffrant d’insomnie, plutôt que d’essayer de s’endormir, on lui suggère qu’il serait préférable de rester éveillé aussi longtemps que possible : il peut se lever, s’habiller et commencer à faire les tâches dont il a fait une liste avant de se coucher. Ce faisant, l’hyper intension de vouloir s’endormir est remplacée par l’intention de rester éveillé. Ainsi libéré de la préoccupation (génératrice d’anxiété) de vouloir s’endormir, il va pouvoir, par la suite, s’assoupir naturellement !

2. La déréflexion. Le désir de vouloir jouir du plaisir d’une activité peut, dans bien des cas, inhiber toute jouissance, comme on l’observe souvent en sexologie, par exemple. L’intention excessive ou hyper-intention, observée dans ces cas, devient alors un facteur d’inhibition, s’opposant à toute spontanéité et réaction naturelle. Pour restaurer le fonctionnement normal des sens, on recommandera au patient de laisser de côté cette intention excessive et de se concentrer au contraire sur la relation amoureuse et la jouissance du partenaire. Dans toutes ces situations, il est recommandé au patient de laisser ses pensées se diriger naturellement vers une activité ou un projet imprégné de sens, afin qu’il puisse se libérer de toute tension intérieure.

TÉMOIGNAGE « Ce qu’il avait toujours voulu faire »

Un comptable, après de nombreuses années dans la même entreprise, ne pouvait plus supporter d’écrire des chiffres.

Le docteur Frankl lui demande de faire une liste des expériences qui lui avaient donné satisfaction et joie dans le passé, même si ces dernières ne s’étaient produites qu’une seule fois et de les classer par ordre d’importance. Au terme de cet examen, il apparut que la plus importante avait eu lieu quelque dix années auparavant, quand son fils scout lui avait demandé de diriger une réunion pour remplacer leur chef malade. Cette participation connut un grand succès et, dix ans plus tard, notre comptable se souvenait de cette expérience unique avec nostalgie et tendresse. À ce stade, la tâche du logothérapeute devint toute simple. Il demanda à son patient : « Cher monsieur, croyez-vous qu’il y ait encore une possibilité pour vous de vous adresser à de jeunes scouts et de leur parler de ce que vous avez appris durant votre carrière ? » « Je vais me renseigner, et je verrai bien si l’on a encore besoin d’un volontaire comme moi. » À la session suivante, notre comptable fut très heureux de rapporter à son thérapeute qu’on l’avait invité à s’adresser à pratiquement toutes les troupes de scouts de la région. Quelque chose de très important avait changé dans sa vie, il avait maintenant la possibilité de faire à temps partiel ce qu’il avait toujours voulu faire dans sa vie : être un éducateur.

Pour aller plus loin :

UNE EPREUVE THERAPEUTIQUE : LA LOGOTHERAPIE, Léo Abrami, Téqui, 2006

LA LOGOTHERAPIE, THEORIE ET PRATIQUE, Élisabeth Lukas, Téqui, 2004

DECOUVRIR UN SENS A SA VIE, Viktor Frankl, J’ai lu, 2013

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI