La croix : scandale ou signe d’amour ?

by administrator

La croix est le symbole de la foi chrétienne, depuis que le Christ est mort cloué sur une croix il y a plus de 2000 ans. Pour certains elle est un symbole scandaleux de souffrance. Pour les chrétiens, elle est le signe de l’amour de Dieu.

Le débat entre et Lili Sans-Gêne et le Père Joël Guibert


1. La religion chrétienne affirme que le Christ a sauvé le monde par la croix. S’il est vraiment le Fils de Dieu, il est dingue d’avoir accepté une telle mort…

Vous avez pour une part raison, le Dieu des chrétiens est bel et bien fou. Mais, rassurez-vous, au niveau du mental, le Christ se porte très bien… Il est juste fou d’amour. La croix, c’est le grain de folie de l’amour de Dieu. Si vous voulez absolument enfermer Dieu dans les limites de votre petite tête sans accepter qu’il soit littéralement fou d’amour, vous n’arriverez à rien. Je voudrais savoir par ailleurs si vous oseriez taxer une jeune maman de masochisme, elle qui désire concevoir un enfant, alors qu’elle sait pertinemment qu’elle ne pourra pas échapper à la terrible douleur de l’accouchement. C’est pareil pour le Christ, sauf que son désir de nous donner sa vie est infiniment plus grand. Il n’a pas voulu mourir dans le sang et les douleurs : il a voulu nous aimer jusqu’au bout, pour nous sauver, et nous donner la vie éternelle.

2. Tout cela n’est pas très cohérent: comment Dieu, s’il est le Père de Jésus, a-t-il pu ainsi l’envoyer au charbon? Si le Fils n’est pas maso, pour le coup, c’est son Père qui est vraiment sadique!

 Si le Père éternel a permis la mort de son Fils, ce n’est pas pour le tuer, mais pour tuer la mort ! Dieu est donc le contraire d’un sadique. Saint Bernard disait : « Le Père n’était pas avide du sang de son Fils, mais de notre salut, parce que le salut était aussi dans le sang du Christ. » Vous pensez vraiment que les souffrances du Fils ont laissé complètement indifférent son Père qui le chérissait ? L’amour, l’amour, ce sera toujours la seule clé permettant d’ouvrir cette porte blindée de la croix du Christ qui sauve le monde. C’est par passion amoureuse que le Père et le Fils se sont jetés dans la passion douloureuse. Au final, pensez-vous que c’est à nous de donner à Dieu des leçons sur la manière dont il aurait dû nous sauver… ou plutôt à nous, d’accueillir humblement les leçons d’amour de Jésus sur la croix ?

3. Mais enfin, la souffrance est un mal complètement absurde! Dieu ne peut pas sauver par de l’absurde.

 Au contraire, Dieu ne nous a pas sauvés par de l’absurde, Il nous a sauvés de l’absurde ! En effet, avant la venue de Jésus, l’absurde de la mort régnait sur le monde. Par sa résurrection, le Christ a littéralement changé la mort de l’intérieur. Avant, cette mort était un mur sur lequel on s’écrasait. Grâce à lui, un passage – une Pâque – est désormais percé dans ce mur. Il est donc venu habiter l’absurde de la violence des hommes, des souffrances atroces jusqu’à la mort, pour mieux les changer de l’intérieur. Désormais tout homme qui fait le grand passage, meurt « dans » le Dieu de la Vie.

4. La croix, ce n’est quand même pas un programme très attirant ni très vendeur pour le grand public!

 Le message de la croix n’a pas grand-chose à voir avec ce que les raccourcis du monde en disent. C’est en effet la plus inouïe des bonnes nouvelles. Une précision tout de même. Certes toute personne douloureuse est rejointe par le crucifié, mais il appartient à cet être en souffrance de se laisser pleinement rejoindre par le Christ. L’amour ne s’impose pas. Mais si la personne s’ouvre à la présence vivante et aimante du ressuscité au cœur de ses peines, elle ne sera plus seule. La solitude dans la souffrance rend l’épreuve tellement plus lourde… Vous avez peut-être entendu cette parole merveilleuse de l’écrivain Paul Claudel : « Le Christ n’est pas venu expliquer la souffrance, mais l’habiter de sa présence » ? Depuis la résurrection du Christ, personne ne peut plus dire « Je suis trop seul dans ma croix. »

5. Quand même, vous, les chrétiens, on a parfois l’impression que vous aimez souffrir.

Non, il ne faut surtout pas s’inventer des croix. Mais quand elles se présentent sur le pas de votre porte, ne faites pas comme si elles n’étaient pas là, cherchez à les vivre avec Jésus. Petit à petit, si vous passez de la révolte à l’amour, de la raideur à l’abandon, le Christ vous fera goûter à sa présence. Comme sa présence est amour et paix, ces fruits seront les vôtres. Attention, cette expérience de foi n’enlève pas, comme par enchantement, notre tourment, mais elle en change complètement le sens, et ce n’est pas rien. Le physiologiste Claude Bernard disait : « Je ne me plains pas de souffrir, mais de souffrir pour rien. » Avec Jésus, il y a non seulement du sens mais « le » sens suprême, puisqu’il est Dieu, vie et amour infini.

6. La souffrance d’une personne ne peut en aucune manière aider les autres: elle ne sert à rien.

Tout d’abord, ce n’est pas la souffrance en tant que telle qui peut faire du bien aux autres : c’est l’amour vécu au cœur de cette souffrance. La rédemption – c’est-à-dire le salut des hommes par le Christ – est une grande « entreprise de recyclage ». Tout ce que nous jetons à la poubelle – nos souffrances, qui ne servent soi-disant à rien – si nous les vivons unis à Jésus dans l’amour, ce dernier va se servir de ce surcroît d’amour qui vient de nos cœurs pour le faire rejaillir en un don d’amour sur le monde. Monseigneur Oscar Romero, évêque de San Salvador, avait pris fait et cause pour les pauvres. Peu avant d’être assassiné le 24 mars 1980 alors qu’il célébrait la messe, il déclarait : « Si on me tue, je ressusciterai dans le peuple. Je le dis sans jactance, avec la plus grande humilité. Si on arrivait à me tuer, je pardonne et je bénis ceux qui le font. Le martyre est une grâce de Dieu que je ne crois pas mériter. Mais si Dieu accepte le sacrifice de ma vie, que mon sang soit semence de liberté et signal d’espérance.»

Père Joël Guibert

Auteur de plusieurs ouvrages de spiritualité, il est prêtre du diocèse de Nantes. Après avoir été curé de paroisse, il est désormais détaché par son évêque pour la prédication de retraites. Toutes les informations et dates de retraites sur son site : www.perejoel.com.

Il a écrit : L’art d’être libre, 2013 ; Que vienne ta miséricorde, 2011 ; Renaître d’en haut: Une vie renouvelée par l’Esprit Saint, 2008, aux Éditions de l’Emmanuel.

Aller plus loin :

LA SAGESSE DE LA CROIX, Père Joël Guibert, Éditions de l’Emmanuel, 2012

NOUS PRECHONS UN CHRIST CRUCIFIE, Raniero Cantalamessa, Éditions des Béatitudes, 2010

 

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI