Les expériences de mort imminente : info ou intox ?

by administrator

Débat. Y a-t-il une vie après la mort ? C’est ce que semblent indiquer les expériences de mort imminente (EMI). Elles sont rapportées par des personnes ayant vécu une situation de mort clinique pendant quelques minutes. Qu’en dit la science ?

Débat entre Lili Sans-Gêne et Patrick Theillier

Je ne crois pas qu’il y ait une vie après la mort. Ce serait un beau rêve, mais personnellement je crois que c’est le trou noir, tout s’arrête quand on meurt…

Eh bien, détrompe-toi, tout ne s’arrête pas quand on meurt ! Les témoignages, devenus nombreux avec les progrès de la réanimation médicale depuis une cinquantaine d’années, sont concordants. La multiplicité des EMI certaines, recensées et analysées de par le monde par diverses voies, ainsi que les nombreux ouvrages, études, publications, colloques scientifiques qui lui ont été consacrés ne permettent plus de douter de leur existence. On peut même dire que la réalité de la survie après la mort est aujourd’hui devenue un fait scientifique. Bien sûr, la mort reste un mystère, un mystère angoissant parce qu’il est impossible d’imaginer exactement ce qui va se passer après. Mais on est dans la même situation qu’un fœtus dans le ventre de sa mère qui croit que sa vie se résume à son existence intra-utérine, sans pouvoir imaginer ce qui l’attend « dans l’au-delà » !

Ces témoignages d’« expériences de mort imminente » sont très beaux, mais on voit bien que ce sont des hallucinations dues à l’état de coma. Les gens ne sont pas morts.

Il faut bien préciser les choses. La mort est un phénomène complexe, un véritable séisme pour tout vivant, qui comporte plusieurs stades : la mort clinique, se manifestant par l’arrêt des fonctions cardio-respiratoires mais aussi, dans les 15 à 20 secondes qui suivent, la cessation de l’activité cérébrale vérifiable par un EEG plat (on parle de mort cérébrale ou encéphalique) ; la mort biologique (rigidité cadavérique, point de départ de la décomposition du corps) ; et la mort ontologique (ou métaphysique) quand la puissance vitale de l’être qu’on appelle « âme » se sépare du corps. Les EMI ne surviennent pas après la mort définitive, mais à la frontière de la mort, quand la vie n’a pas totalement disparu. Il n’en reste pas moins, c’est démontré dans plusieurs cas, que les EMI surviennent après la mort clinique cérébrale, après l’arrêt d’activité du cortex cérébral. Ce qui veut dire que ce ne peut être une hallucination. Tu as d’ailleurs remarqué qu’on parle de « mort imminente » ou de « mort approchée ». Ceux qui la vivent font parfaitement la distinction avec un état hallucinatoire : c’est pour eux une expérience très réelle (« hyper-réelle » disent-ils !).

Les personnes qui ont vécu cette expérience disent qu’elles avaient toujours un corps. Pourtant nos corps pourrissent après la mort : cela prouve bien que c’est mytho !

Obligatoirement le corps va se décomposer parce qu’il n’est plus animé par l’âme, son support vital. Mais, au moment de la mort, on pourrait dire à cheval entre la vie et la mort, quand l’âme se sépare du corps, rupture qui n’est pas simple, il s’avère que l’âme peut se distancier du corps puis revenir, dans un aller et retour difficile à évaluer (car en dehors de notre espace-temps) : elle vit alors une expérience sensible de l’au-delà qui restera et marquera le sujet à tout jamais.

Et, au cours de cette expérience, c’est vrai, les « expérienceurs », comme on les appelle dorénavant, ne se retrouvent pas comme des purs esprits mais se reconnaissent tels qu’ils sont physiquement.

Les témoignages évoquent une sorte de relecture de vie au moment de la mort. Tout ça est très gentil, mais c’est dans leur tête : c’est le cerveau qui s’imagine cette situation pour trouver la paix, la consolation… Quel intérêt de relire sa vie après la mort : c’est trop tard !

Non, je te l’ai déjà dit, le cerveau est « out » et il existe en effet la plupart du temps une relecture de vie, qui n’est pas toujours rassurante ! Ceux qui en reviennent vont d’ailleurs réexaminer leurs valeurs ! Ce bilan de la vie au moment de la mort montre bien qu’il y a une suite, un prolongement de notre existence, dépendant de la vie que l’on a menée sur terre. Il y a une continuité. La mort est un passage.

Et puis, cet être de lumière que les personnes affirment avoir rencontré au bout du tunnel, c’est entre la science-fiction et la mythologie !

En tout cas, ceux qui ont en effet rencontré cet être de lumière en reviennent bouleversés tellement il est plein d’amour, un amour personnalisé qu’ils écrivent avec un A majuscule. Les mêmes expressions reviennent sans cesse : « Imaginez une lumière faite de totale compréhension et de parfait amour » ; « L’amour qui émanait de la lumière est inimaginable, indescriptible » ; « J’ai rencontré une lumière qui n’est qu’amour » ; « Un amour situé au-delà de mes rêves les plus fous ».

Certains témoignages parlent de retrouvailles avec des personnes aimées qui sont mortes. Alors là, c’est le monde merveilleux de Disney où tout est bien qui finit bien et, limite, on sera content de mourir, si on les écoute !

C’est un fait, qu’on ne peut pas inventer ! Quand un enfant de 5 ans revenu à la vie raconte à sa mère qu’il a vu sa grande sœur morte avant sa naissance dont il n’avait jamais entendu parler, il ne peut l’inventer ! Preuve, s’il en est, qu’il y a une vie après la vie. N’est-ce pas rassurant ? Et ne serait-ce pas sympa d’être confiant que la vie continue avec les êtres chers qui nous ont aimés ?

Je ne voudrais pas casser votre enthousiasme, mais certaines personnes racontent une EMI très négative et assez flippante en fait… En gros, c’est un peu la loterie !

C’est exact que toutes les EMI ne sont pas positives. Certaines peuvent être effrayantes. On ne dit d’ailleurs pas « négatives » car les expérienceurs ne reviennent pas pareils : ils en tirent une leçon pour la suite de leur existence terrestre.

Tout ça c’est bien joli, et moi aussi ça me ferait chaud au cœur d’y croire, mais, franchement, on ne peut pas être mort et revenir à la vie, donc c’est du pipeau. Et puis, vous qui êtes chrétien, docteur, ça ne colle pas vraiment avec votre vision de la vie éternelle !

Il faut être clair et je te l’ai déjà dit : on est seulement à l’antichambre de la mort ; ce n’est pas une expérience post-mortem. D’accord ? En tout cas, je te rassure, ces expériences à l’approche de la mort collent tout à fait avec ce que l’Église enseigne sur l’au-delà, où l’on fera la rencontre éblouissante de notre Dieu, d’un Dieu plein de miséricorde qui nous accueille malgré notre indignité. On aura certainement besoin d’être purifiés pour le voir face à face, mais, crois-le, ma chère Lili, toute vie, toute TA vie, a un poids d’éternité. Nous ne sommes pas destinés au néant mais bien à la Vie, à une Vie de béatitude éternelle !

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI