La confiance en soi : un moteur pour la vie

by administrator

Grandir. Avoir confiance en soi est une clé pour être heureux et avoir des relations ajustées. Impossible, sans cette confiance, de prendre des risques et de trouver sa place auprès des autres. Comment se construit-elle ? Explications.

La confiance en soi naît du regard de confiance que Dieu pose sur nous. Si lui nous fait confiance, nous pouvons nous aussi nous faire confiance.
« Pierre prit alors la parole : “ Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur l’eau. ” Jésus lui dit : “ Viens ! ” Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant qu’il y avait du vent, il eut peur. Et, comme il commençait à enfoncer, il cria : “ Seigneur, sauve-moi ! ” Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : “ Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? ” Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. » (Matthieu, 14, 28-33).
Ce passage de l’Évangile montre que saint Pierre marche sans difficulté sur l’eau tant qu’il regarde le Christ et lui fait confiance. Dès qu’il se retourne sur lui-même et cesse de se voir à travers le regard de confiance de Dieu, il sombre.

Huit clefs pour : Apprendre la confiance

1 L’audace. Elle est la première vertu qui développe la confiance en soi. Elle invite à vaincre sa retenue, au courage d’être soi, à ne pas craindre le risque et à oser s’affronter à ce qui paraît difficile. L’audace c’est oser dire, entendre, se risquer et prendre sa place.
2 Le sport. Il permet de découvrir ses capacités physiques et ses talents. De plus, il offre la possibilité de faire partie d’une équipe qui compte sur nous. Il permet le dépassement de soi, la volonté de vaincre et l’affrontement par le jeu, dans le respect de l’autre.
3 La créativité. La créativité est un outil précieux de la confiance en soi. Elle permet de sortir de sa réserve et d’apprivoiser ses craintes en inventant des solutions ingénieuses, artistiques, poétiques, etc. Elle pousse à oser sa singularité, son originalité, sa fantaisie.
4 La passion. Elle demande de s’investir dans un domaine qui nous intéresse et nous plait tout particulièrement, d’exploiter ses dons. Entretenir et partager une passion, c’est devenir compétent, habile, enthousiaste, spécialiste, etc.
5 Le réalisme. Mieux vaut se fixer des objectifs réalistes et réalisables. Se lancer dans des aventures excessives, au-delà de nos possibilités, nous mettra en situation d’échec. À l’inverse, rester dans la réalité permet de construire un projet à notre portée. Le réussir fortifiera notre confiance.
6 L’ouverture d’esprit. La confiance en soi, c’est s’ouvrir à l’audace de la rencontre, la folie de l’altérité, la joie du partage, l’accueil de la différence et l’amour de l’imparfait. S’intéresser, s’ouvrir et aller vers les autres est la plus claire manifestation de la confiance en soi. Elle permet de ne plus craindre le regard des autres, de s’affirmer sans s’imposer et d’apprendre des autres.
7 La comparaison mortifère. Se comparer sans cesse aux autres peut entraîner un fort manque de confiance. Il est toujours malsain d’être heureux ou malheureux par comparaison. Au contraire, nous devons apprendre à être heureux de ce qu’on est et non malheureux de ce que l’on n’a pas. Chacun doit pouvoir être apprécié pour ce qu’il est, intrinsèquement et non pour ce qu’il fait plus ou moins bien en comparaison avec les autres. À chacun ses talents, ses charmes différents, etc. Dire que certains ont tout pour eux est une appréciation extérieure à ces personnes. En réalité, celles-ci peuvent penser, en toute bonne foi, exactement l’inverse : qu’elles n’ont rien pour elles. La confiance en soi n’est donc pas une vue extérieure objective mais une vue intérieure subjective qui appartient à chacun.
8 L’amour. « Tu as du prix à mes yeux et je t’aime », nous dit Dieu dans la Bible. Il nous dit aussi : « Je te donnerai un avenir et une espérance. » Nul doute que si nous croyons que nous sommes aimés inconditionnellement par Dieu, nous pourrons avancer dans la vie dans une grande confiance et une paix profonde.

Bruno Piettre

Après une carrière d’officier pilote de chasse et de reconnaissance dans l’Armée de l’air, Bruno Piettre s’est formé à la psychanalyse jungienne et à la psychothérapie. Il exerce à Louveciennes (Yvelines), publie des articles et donne de nombreuses conférences.

Manque de confiance en soi ou timidité ?

La timidité est un état de retenue. Elle peut être une expression, parmi d’autres, d’un manque de confiance en soi. Mais elle exprime plutôt la crainte du regard des autres, du jugement et de ne pas répondre aux attentes. Elle est le plus souvent la conséquence d’une exigence de perfection des parents. Cette perfection empêche la reconnaissance simple du bon, du beau, du bien dont l’enfant a besoin pour croire en lui.

Témoignage : « Je me sens inutile »

Le manque de confiance en soi peut entraîner de graves traumatismes dans la vie adulte. Mais il n’est jamais trop tard pour la construire. Audrey a 29 ans, elle est encore célibataire et cela commence à être dur à vivre. Seconde entre deux frères, elle a une licence de lettres modernes et un emploi de secrétaire. Elle est ravissante mais ne le croit pas : « À quoi ça sert, puisque je reste seule… » Elle a rompu des fiançailles, il y a cinq ans, parce qu’elle avait peur. Elle entreprend une psychothérapie en disant : « J’ai très peu confiance en moi, je ne me sens pas adulte. Je n’arrive pas à regarder l’avenir. Je me sens inutile. Le bonheur n’est pas fait pour moi… » En fait, elle est au bord de la dépression.Enfant, à l’école, on se moquait d’elle. Pourtant, la confiance en Dieu ne l’a jamais quittée, ni la volonté. Jour après jour, elle fait un travail sur soi en profondeur : relecture de son histoire, travail sur ses talents, ses peurs, ses envies, ses joies, etc. Peu à peu, elle ose y croire, puis elle ose tout court. La confiance en soi, en l’autre, en la vie, en l’amour, renaît. Un an et demi plus tard, elle a enfin l’audace. En un quart d’heure, elle s’inscrit sur un site de rencontre. Au milieu de beaucoup de réponses, un homme de 36 ans ouvre la porte de ses sentiments. Ils se donnent rendez-vous. La rencontre est merveilleuse, « comme deux cœurs qui s’attendaient sans le savoir ». Six mois plus tard ils se marient. Elle est maintenant maman d’une petite fille et attend son second enfant.

Pour aller plus loin :

Oser : Thérapie de la confiance en soi, Frédéric Fanget, Christophe André, Catherine Meyer, Odile Jacob, 2006.
La Confiance en soi pour les Nuls, Kate Burton, Brinley Platts, Christophe Billon, Éd. Générales First, 2008.
Oser s’aimer, développer la confiance en soi, Saverio Tomasella, Eyrolles, 2008.
La confiance en soi de votre enfant, George, Gisèle, Odile Jacob, 2009.

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI