Belle-mère, mon amour, mon ennemie

by administrator

Famille. S’il est une relation d’alliance complexe, c’est bien celle qui unit brus et gendres à leurs belles-mères. Pourquoi les tensions peuvent-elles être si fortes alors que ces deux êtres aiment la même personne ? Enquête au cœur d’un profond mystère.

Aldo Naouri
Ce pédiatre passionné exerce la médecine d’enfants depuis 40 ans. Il s’intéresse tant à leur santé physique qu’à leur équilibre psycho-affectif, ainsi qu’à la famille qui les fait grandir et à la société dans laquelle ils vivent. Il a écrit de nombreux articles et ouvrages très appréciés du grand public. À la retraite depuis 2002, il donne des conférences et participe à des colloques.

Parole de sagesse

” Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l’homme s’endormit. Le Seigneur Dieu prit de la chair dans son côté, puis il le referma.
Avec ce qu’il avait pris à l’homme, il forma une femme et il l’amena vers l’homme.
L’homme dit alors : « Cette fois-ci, voilà l’os de mes os et la chair de ma chair ! On l’appellera : femme. »
À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.
Genèse 2, 22-25 “

Six clés pour : Trouver l’harmonie familiale

1 Belles-mères, soyez discrètes. Ne vous imposez jamais, ne débarquez jamais à l’improviste chez vos enfants : téléphonez toujours avant et sentez si votre visite est opportune ou non. Soyez discrète aussi au téléphone : il n’est pas normal, avec des enfants qui vivent en couple, de s’appeler tous les jours. Vous n’avez plus la première place dans la vie de votre enfant et c’est dans l’ordre des choses. Respectez donc l’intimité de son couple.

2 Belles-filles et gendres, respectez vos belles-mères. Rendez à votre belle-mère le respect dû à son âge. Respectez le décalage des générations et gardez une juste distance. Cette femme est la mère de la personne que vous aimez. Soyez bienveillants et compréhensifs avec elle, ne dites jamais de mal d’elle, surtout devant votre conjoint. Ne prenez pas ombrage de ce lien si fort entre eux.

3 Donnez une place à belle-maman. Mesdames, rassurez votre belle-mère sur le fait que son fils est bien traité et qu’il a toute sa place comme père. Et laissez-lui encore un peu jouer son rôle de maman de temps en temps, ça lui fera tellement plaisir ! N’ayez pas peur de lui confier vos enfants, même si elle n’a pas la même notion de l’éducation ou de l’alimentation que vous. Cette relation est très importante pour elle et pour eux. N’oubliez pas non plus de la convier aux fêtes de famille.

4 Mesdames, réglez ça entre vous ! Si vous avez des difficultés entre belle-mère et bru, réglez-les entre vous. Dans le respect, dites-vous les choses, essayez de trouver des solutions, des modus vivendi. Évitez toujours d’aller à la rupture, qui serait néfaste pour tous, et particulièrement pour les enfants. Il peut être intéressant aussi d’essayer de comprendre d’où vient le problème, de se remettre chacune en question, sincèrement, en se demandant quelle part on a dans cette difficulté, sans accabler l’autre de reproches, et de se demander simplement pardon quand on s’est dit des choses dures.

5 Hommes, occupez-vous de votre femme. La meilleure chose qu’un père puisse faire pour l’équilibre de son enfant, c’est de s’occuper de sa femme. En effet, plutôt que de chercher à être des papas poules, mieux vaut qu’ils fassent de leur mieux pour que leur femme reste amoureuse : en clair, qu’elle soit épouse avant d’être mère ! En la mettant à sa place de femme, elle ne devient pas une mère toute-puissante. Et les belles-mères pourront rester à leur place !

6 Rendez son rôle au père. La mère doit montrer par son comportement que le père de ses enfants tient une place importante dans leur éducation. Il n’est pas bon qu’elle ait toute la place auprès d’eux. Dans beaucoup de familles, il est urgent de retrouver cet équilibre entre le père et la mère. Quand la mère prend trop de place, ce sont bien souvent les enfants qui en font les frais. Si les mères sont à leur juste place, cela permettra aux belles-mères de ne pas se sentir inconsciemment appelées à s’investir dans le couple de leurs fils pour les aider à prendre la place qui leur revient !

TEMOIGNAGE

« Ta mère peut dormir dans notre lit » Le patient du docteur Naouri était prêt à faire tous les efforts de la terre pour avoir une bonne relation avec sa belle-mère. Sauf un.

« Je n’ai rien contre ta mère », déclarait devant moi cet homme à sa femme.
« Ta mère, outre qu’elle est un être humain et que, comme tu le sais, j’aime tous les êtres humains, ta mère est gentille. C’est une bonne personne. Elle est même charmante. Je n’ai rien, vraiment rien, contre elle.

Les clés de chez nous
Je te le répète et je peux te le prouver. Si tu le veux, je le dis devant le docteur, elle peut venir quand elle veut chez nous. Tu peux lui donner les clés de chez nous et lui dire qu’elle n’a pas besoin de nous prévenir de sa venue ou de nous demander une autorisation. Je vais aller encore plus loin : elle peut même venir s’installer chez nous, habiter définitivement chez nous. Si tu le veux, elle peut même dormir avec nous, elle peut être toutes les nuits dans le lit avec nous. Tu vois, je n’ai rien contre elle. Je l’admets partout dans notre vie. En réalité, le seul endroit d’où je voudrais la chasser, c’est de là. »

La quête du graal
Et cet homme d’accompagner son « là » de son index touchant la tête de sa femme. Il ne semblait pas savoir que sa quête, à la formulation si simple et si imagée, n’était rien d’autre que la quête du Graal.

LEXIQUE 

Origine du mariage: Le mariage était déjà pratiqué dans les peuplades nomades les plus primitives. Il a toujours été, pour les contractants, non seulement le moyen de signaler la nature de l’alliance qu’ils nouent dans le respect des règles imposées par la Loi de l’espèce, mais de prendre à témoin l’environnement social pour signaler implicitement leur changement de référentiels et de statut. L’un et l’autre ne se définiront plus désormais comme les enfants de leurs parents respectifs, mais comme le conjoint de cet autre auquel ils s’unissent. Ce qui, par voie de conséquence, fait des parents de chacun les beaux-parents de l’autre et permet donc à chacun de récuser dans son couple l’intervention des parents
de l’autre.

Pour aller plus loin :

Les belles-mères, les beaux-pères, leurs brus et leurs gendres, Aldo Naouri, éd. Odile Jacob, 2011
Les Filles et leurs mères, Aldo Naouri, éd. Odile Jacob, 1998
Les Pères et les Mères, Aldo Naouri, Odile Jacob, 2004

www.aldonaouri.com

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI