LE ROCHER : BÂTIR ENSEMBLE UN AVENIR COMMUN

by Alexandre Meyer

Oser la rencontre, voilà l’ambition du Rocher Oasis des Cités, depuis vingt ans. Vivre avec les habitants des quartiers prioritaires, lieux de concentration de toutes les pauvretés, pour partager leur quotidien et s’enrichir mutuellement : la réponse idéale à la crise des banlieues ?

TEXTE ALEXANDRE MEYER – PHOTOS LE ROCHER

Le Rocher Oasis des Cités est une association catholique d’éducation populaire. Elle permet à des étudiants et à de jeunes professionnels pendant une année ou à des familles pendant trois ans, d’aller vivre dans des quartiers urbains en difficulté pour y tisser des relations de proximité et de confiance avec leurs habitants et mettre en place des actions éducatives, sociales et culturelles avec les enfants, les adolescents, les adultes et les familles. 

RÉPARER LA SOCIÉTÉ

En septembre 2018, le Rocher était invité par le Président de la République à participer au lancement de la Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté. Une belle marque de reconnaissance pour cette association qui fête ses vingt ans et continue de faire souffler un vent de fraîcheur dans l’action sociale.

L’intuition n’a pas pris une ride : vivre avec, grandir avec, bâtir avec. La précarité et le sentiment d’abandon des habitants des quartiers les plus sensibles de France vont grandissant. Inès, ancienne responsable d’antenne à la Beaucaire, confirme : « Les quartiers révèlent les failles du système, ces problèmes auquels le pays ne répond pas. Ces failles sont partout mais ici, elles sont criantes, elles font mal. On voit mieux qu’ailleurs les limites de la société de consommation, les conséquences de l’individualisme, les inégalités. Lorsque l’on quitte le quartier, il faut garder cela en nous, rester attentif à ces failles pour les réparer. »

27 février 2019. Toulon. Cité la Beaucaire. Zhor vient tous les jours au Rocher, pour dire bonjour et boire un café. Alors qu’elle souffre beaucoup de la solitude, elle trouve ici un refuge, une bouffée d’air. Elle y discute avec les volontaires présents et même si elle est musulmane pratiquante, elle se sent ici accueuillie et écoutée.

APAISER LES PEINES

« Nous avons tous le pouvoir d’agir pour les banlieues », affirme le directeur général du Rocher, Arnaud de Carmantrand. « C’est en prenant l’initiative de rencontrer l’autre que l’on construit une société plus fraternelle, juste et solidaire, où chacun est reconnu dans sa dignité. » Le programme du Rocher se résume en un mot : l’amour. Tous en conviennent : le Rocher est là pour leur offrir une aide matérielle, mais ce n’est pas l’essentiel. « Ils m’ont ouvert leur cœur et beaucoup aidé. Sans eux je ne serais pas là pour en parler », confie Gwendoline, émue, qui fréquentait une antenne du Rocher pour recevoir une aide aux devoirs.« Le Rocher m’a appris la patience, la persévérance, l’écoute, la fidélité, le travail d’équipe et l’accueil miséricordieux de l’autre », explique Joseph, ancien volontaire, dans un grand sourire.


« Le Rocher ne fait pas tout avec ses neuf antennes pour 1 500 quartiers défavorisés, mais il est là et c’est déjà beaucoup : c’est prophétique. » Atelier théâtre, sport, repas« saveurs du monde », orientation post-bac, dîners mères-filles… Les équipes partagent le quotidien des habitants et captent rapidement les besoins les plus criants. « J’avais besoin du Rocher pour une aide alimentaire et j’ai trouvé un peu plus que cela, explique Sonia, qui vit à Sainte Musse à Toulon, j’ai reçu mon panier, mais j’ai surtout rencontré des gens qui étaient là pour apaiser vos peines
et soulager votre tristesse. »

Après Bondy (93), Les Mureaux (78), Paris (10e), Rillieux-La-Pape (69), Grenoble (38), Marseille (13), la Beaucaire et Sainte Musse à Toulon (83), une antenne a ouvert à Nîmes (30), animée par un couple, leurs trois enfants et des jeunes en mission.

Rencontre avec des collaborateurs du groupe Servier à l’antenne de Bondy en novembre 2018. Le Rocher crée des ponts entre les différentes sphères de la société en invitant les salariés de grandes entreprises à oser la rencontre.


Le Rocher, en chiffres, c’est chaque année :
3 200 personnes accompagnées,
2 650 ateliers pour enfants, adolescents et adultes,
2 300 visites à domicile, ayant touché plus de 1 000 familles, 250 sorties et 70 séjours hors de la cité, auxquels ont participé plus de 800 personnes,
30 salariés, dont une vingtaine vit en cité,
40 volontaires accueillis en Service civique,
50 stagiaires de grandes écoles et universités et des centaines de bénévoles

Pour les soutenir :

https://assolerocher.org

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI