À quoi bon pratiquer ?

by administrator

Controverse. Beaucoup de personnes se déclarent chrétiennes et croyantes mais ne vont pas à la messe le dimanche. Les raisons en sont nombreuses : pas le temps, pas besoin, pas l’envie, autres priorités… La messe est-elle indispensable ?

Débat entre le père Timothy Radcliffe, o.p. et Lili-sans-gêne.

« Je vis très bien sans l’eucharistie, cela ne me manque pas »

1 Je suis croyante mais quand je parle à Dieu, je le fais de chez moi : je n’ai pas besoin d’aller à la messe pour être chrétienne. Dieu est présent partout.

Nul besoin d’être à l’église pour être avec Dieu, vous avez raison. Dieu est à vos côtés où que vous soyez. Alors, pourquoi y aller ? La nuit précédant sa mort, Jésus s’est offert en personne à ses disciples : « Ceci est mon corps, livré pour vous ». Nous y allons pour recevoir ce cadeau. Ce serait bien surprenant de répondre : « Non merci. Je n’en ai pas besoin. » Imaginez un couple marié, où l’un des deux dise : « Je veux faire l’amour avec toi. Je veux me donner à toi, corps et âme » et que l’autre refuse en prétextant qu’ils sont déjà suffisamment proches comme cela. Ne trouveriez-vous pas cela anormal ?
Par ailleurs, à chaque fois que Jésus a appelé un disciple, il lui a demandé de se joindre à sa communauté. Tous ceux qui l’ont suivi se sont retrouvés ainsi à la même table que ses drôles d’amis, parmi lesquels on trouvait des prostituées et des collaborateurs de l’ennemi romain. « Aime-moi, aime mes amis. » C’est la raison pour laquelle nous nous rassemblons à l’église, en signe de cette amitié sans frontière, où chacun est le bienvenu, particulièrement ceux que la société rejette.

2 La messe c’est ennuyeux, on ne comprend rien et on se sent extérieur à ce qui se passe. On y répète toujours les mêmes prières du bout des lèvres : je pense que Dieu préfère une prière vraiment sincère faite dans le silence à la maison.

Ce n’est pas faux qu’on s’ennuie souvent à la messe. Même à moi, cela arrive de ne pas avoir envie d’y aller ! Pourtant, l’eucharistie devrait être un moment de joie. Mais qui peut croire qu’une relation sérieuse puisse se construire sur une joie sans faille ? Même les mariages heureux comportent leur lot de tâches ingrates : lessiver, aller chercher les enfants à l’école, ranger la maison (si vous voyiez l’état de ma chambre !), etc. Alors, certes, nous répétons toujours les mêmes vieilles prières, mais les amoureux répètent aussi les mêmes mots de toujours. Encore et encore, vous dites et redites : « Je t’aime. » Vous avez plaisir à le répéter. Et la répétition peut aussi être signe de cet amour. Sans doute qu’aujourd’hui, ces prières ne signifient rien pour vous, mais pour la personne à vos côtés, elles sont peut-être exactement ce qu’elle a besoin d’entendre et de dire. Peut-être qu’un jour, vous aussi, vous aurez besoin de ces mêmes prières.

3 Le dimanche matin, je me repose ou je fais du sport, je n’ai ni l’envie ni le temps d’aller à la messe. Je préfère consacrer du temps à mes proches.

Nous manifestons notre amour à nos proches en passant du temps avec eux. Nous ne nous posons pas la question de savoir si c’est utile ou si ça peut nous rapporter quelque chose. Nous perdons du temps pour eux. Pour Dieu, c’est pareil. Nous l’aimons en prenant du temps pour lui, gratuitement. Mais nos vies sont bien remplies. Alors comment partager notre temps entre Dieu et nos familles ? Devons-nous dire : « Seigneur, je vous laisse une heure dimanche prochain, mais quand je rentrerai chez moi, le reste de la journée sera consacré à ma femme et mes enfants » ? Non ! Dieu n’est pas une personne que nous aimons parmi d’autres. Il est l’amour que nous portons à nos amis et à nos familles. Nous aimons Dieu en les aimant. Il n’y a pas de concurrence !

« Nous avons tous besoin de plus que ce que nous croyons »

4 Alors pourquoi réserver un temps spécifique pour Dieu ?

Quand je vais à l’église, je témoigne publiquement de mon identité la plus profonde, celle de fils de Dieu. Pendant la semaine, je suis accaparé par mes petites identités successives : employé, patron, consommateur, etc. Une fois par semaine, j’ai l’occasion de témoigner que j’ai l’immense privilège d’être membre de la famille de Dieu. La meilleure chose que nous puissions donner à nos enfants, c’est l’appartenance à cette immense famille de Dieu.

5 Personnellement, je vis très bien sans l’eucharistie, cela ne me manque pas.

Bien souvent nous ignorons ce dont nous manquons ! Pendant longtemps, j’ai cru que je pouvais me passer de musique, mais un de mes amis savait que j’avais tort. Il m’a apporté une chaîne et quelques CD et m’a dit : « Écoute et tu vas découvrir à côté de quoi tu es passé. » Il avait raison. Il y a des gens qui pensent qu’ils n’ont pas besoin d’amis et qu’ils peuvent très bien être heureux en restant seuls. Mais même les ermites ont des amis. Nous avons tous besoin de plus que ce que nous croyons.

6 De toute façon, nous n’avons aucune preuve que c’est bien le corps et le sang du Christ qui sont sur l’autel. Je ne vois pas comment ni pourquoi j’y croirais : c’est une invention de l’Église…

Bien entendu, je ne peux pas prouver qu’il s’agit du corps et du sang de Jésus. Mais les choses les plus profondes, comme l’amour, ne se prouvent pas de manière scientifique. C’est un signe de bonne santé que de savoir s’affranchir de preuves pour construire sa vie. Si un mari exigeait de sa femme la preuve absolue de sa fidélité, alors leur mariage ne durerait pas bien longtemps. L’amour suppose la confiance, et si nous croyons, en toute confiance, que ce sacrement est réellement l’offrande du corps et du sang de Jésus, alors nous devrions être en mesure d’en savourer tout le fruit.

7 S’il s’y passait vraiment ce que vous dites sur la présence réelle de Dieu, alors ce n’est pas seulement le dimanche mais tous les jours que vous iriez : c’est la preuve que vous n’y croyez pas !

Le dimanche est le jour où nous faisons mémoire que nous sommes un en Christ. L’assemblée que nous formons est le signe que toute l’humanité appartient à la famille de Dieu, au sein de laquelle la haine et la division n’auront plus aucun pouvoir. C’est formidable si l’on peut assister à l’eucharistie tous les jours, mais gardons à l’esprit que la messe se termine par cette injonction : « Allez dans la paix du Christ ! » Nous allons à l’église pour être envoyés dans le monde. En raison même de notre dévouement aux besoins du monde, il ne nous est sans doute pas possible d’aller à la messe tous les jours. Nous sommes envoyés pour nous occuper de nos familles, pour travailler pour la justice, gagner notre vie, visiter les malades, les affamés, etc. (Matthieu 25).

Père Timothy Radcliffe, o.p

Frère dominicain et prêtre depuis 40 ans, il est l’ancien Maître général de l’Ordre des Prêcheurs (o.p.) . Il est connu dans le monde entier pour ses prises de position sur la société contemporaine, l’Église, la vie religieuse, etc. Il a écrit de nombreux ouvrages. Il est connu aussi pour son sens de l’humour so british. Depuis 9 ans, il est redevenu simple frère.

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI