À ne pas manquer : Saint-Etienne-du-Mont !

by Alexandre Meyer

Parisiens, savez-vous quelles merveilles renferme votre cité ? Située sur le montagne Sainte-Geneviève, dans le Ve arrondissement, et classée monument historique, l’église est un trésor de charme et de surprises.

Par Martin Trannoy

Construite à la fin du XVsiècle sur une ancienne chapelle et unique en son genre, l’église Saint-Étienne-du-Mont est le seul édifice religieux parisien à avoir conservé son jubé, ce qui fait sa fierté. Avec sa structure gothique et son ornementation renaissance, ce jubé est une perle architecturale qui se dresse au milieu de l’église, séparant le chœur de la nef. Aussi curieux que splendide, ce chef-d’œuvre est sculpté comme de la dentelle fine dans du calcaire de Saint-Leu, avec deux escaliers s’enroulant en colimaçon autour des piliers. Face à ce jubé, on remarque immanquablement le fait que l’église est désaxée, ce qui contribue au pittoresque du bâtiment. 

              

La petite église cache également les reliques de Sainte Geneviève, protectrice de la Ville Lumière. Cette femme, se dressant sur les murailles, protégea Paris de l’invasion des Huns, lors du siège de la capitale en 451, par la seule force de sa prière. Dans une chapelle portant son nom et construite dans un style néo-gothique vers 1855, Saint-Etienne-du-Mont contient trois reliquaires admirables : une grande chasse, trésor d’orfèvrerie, qui recouvre la pierre tombale ; une autre du XIXsiècle, toute de bronze doré, renfermant un ossement : le doigt de sainte Geneviève. Il faut lever les yeux pour trouver la dernière : posée près du chevet, sur le jubé, à l’extrémité du chœur, cette châsse contient les cendres récupérées après que les reliques aient été brûlées sous la Terreur.

Ne laissez pas ces détails vous échapper !

Un des éléments les plus intéressants de l’église est la clef de voûte en pendentif, suspendue dans le vide au milieu de la nef. L’ensemble mesure 5,5 mètres de hauteur et la clef pendante, 2,4 m. Construite en même temps que le reste de l’édifice, puis restaurée en 1858 par Victor Baltard, cette structure intrigante allie le gothique au style renaissance, à l’image du jubé. On y retrouve les symboles des évangélistes, encerclés de nervures complexes et travaillées, ainsi qu’un Agneau, portant l’étendard du Christ.

Enfin, n’oubliez pas de vous retourner pour observer les grandes orgues qui participent à la gloire de Saint-Etienne-du-Mont. Construit par Jean Buron en 1630, le buffet, partie visible de l’orgue dans laquelle sont placés les tuyaux, est célèbre car extrêmement riche d’ornements, foisonnant de décors sculptés dans son bois. Il est également le seul buffet parisien à être conservé dans son intégralité, ce qui contribue à faire de l’église un réel édifice de patrimoine et d’histoire.

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI