« J’ai retrouvé la paix  »

by administrator

Après avoir perdu sa mère, Jean-Marie était en colère contre Dieu. Il y a 2 ans, il a participé aux Journées mondiales de la jeunesse à Sydney. Il y a découvert une Église jeune et vivante et retrouvé la paix du cœur.

Propos recueillis par Laurence Meurville

Après le décès de ma mère, en 2004, j’ai cessé d’aller à la messe car j’étais révolté intérieurement. J’en voulais terriblement à Dieu de n’avoir rien fait pour la sauver. De son côté, mon père était toujours très engagé dans la paroisse. Il y a trois ans, il a rapporté à la maison un tract concernant les prochaines Journées mondiales de la jeunesse (JMJ). Ce rassemblement, qui réunit des millions de jeunes dans un pays différent tous les deux ou trois ans autour du Pape, était prévu l’année suivante en Australie. Ma sœur et moi, nous avions très envie de voyager. Alors, pourquoi ne pas partir à Sydney ? Dans notre esprit, il était très clair que nous ne cherchions ni à rencontrer Dieu ni même à vivre un temps fort spirituel. Nous y allions pour visiter ce pays et découvrir cette culture qui nous attirait. Dès la rentrée, nous avons rejoint le groupe de préparation aux JMJ auquel étaient rattachés les jeunes de la paroisse. Le jeu consistait à récolter des fonds pour pouvoir partir. Nous avons multiplié les initiatives mais sans vraiment nous faire d’amis.

Je me demandais où j’étais
Le jour du départ, le rendez-vous était donné à l’aéroport. Nous avons alors été répartis en deux ou trois groupes. Séparés, ma sœur et moi, nous sommes retrouvés avec des jeunes que nous ne connaissions pas. Dès le trajet en avion, nous avons beaucoup sympathisé.
En Australie, nous avons atterri à Brisbane, où nous avons passé une semaine. Par moment, je me demandais ce que je faisais là… J’avais un peu l’impression d’être coupé du monde. Mais l’un des objectifs que je visais en partant était atteint : rencontrer des Australiens et nouer des contacts avec eux. Nous avons rejoint des familles : rien de mieux pour le dialogue et la découverte d’une autre culture ! Au cours de cette semaine, toutes sortes d’activités nous ont été proposées : certaines étaient liées au service des autres, d’autres étaient de nature plus spirituelle. Ce n’était pas vraiment ce que je désirais. Mais je commençais à apprécier certains jeunes et de ce fait, j’étais heureux de vivre des temps forts avec eux. J’ai donc suivi le mouvement.

Ces échanges m’ont ouvert le cœur
Peu à peu, j’ai commencé à me poser des questions. À Sydney, j’ai pu échanger en profondeur avec plusieurs personnes dont des prêtres. Je leur ai parlé de ce qui me révoltait. Ces échanges m’ont ouvert le cœur. Je m’intéressais de plus en plus à ce qui nous était proposé. Au fil des différents rendez-vous quotidiens, ma foi s’est fortifiée. Chaque jour nous étions répartis en petits groupes. On réfléchissait ensemble sur un thème. Ces échanges étaient passionnants. J’étais par ailleurs saisi de voir ces centaines de milliers de jeunes rassemblés là uniquement parce qu’ils croyaient en Dieu, qu’ils voulaient le prier et grandir dans l’amour. Chaque jour, nous vivions des moments inoubliables tous ensemble. C’était fort et impressionnant. Vraiment exceptionnel. Et d’un point de vue personnel, cette expérience m’a beaucoup apaisé.
Au retour, mon enthousiasme n’est pas retombé. La flamme a continué de brûler. Nous avions tellement de souvenirs ensemble et comme le sentiment d’appartenir à un groupe commun. Aujourd’hui, cette expérience me fait encore vivre : j’essaie de la traduire au quotidien dans mes actes.

 

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI