UN TICKET POUR LE CIEL

by Marie Fawzy

Au XIIIe siècle, la Sainte Vierge apparait à une religieuse bénédictine allemande, sainte Mechtilde de Hackeborn : « Je te promets de t’assister à l’heure de la mort ; mais toi, récite chaque jour trois Ave Maria. » Au mitan du XXe siècle, un sanctuaire sera consacré au rayonnement de cette dévotion toute simple : la basilique Notre-Dame de la Trinité de Blois.

PAR ALEXANDRE MEYER – PHOTOS D.R.

Cette prière, « si grande dans son principe, si simple dans ses moyens, si féconde dans ses résultats » est un véritable trésor. Elle va se répandre de par le monde grâce à nombre de saints, de papes et d’évêques :  Alphonse de Liguori, Antoine de Padoue, Padre Pio, Louis-Marie Grignion de Montfort, Jean-Paul II….

LE SAViEZ-VOUS ? LA SALUTATION DE L’ANGE GABRIEL À MARIE : « JE VOUS SALUE, PLEINE DE GRÂCE, LE SEIGNEUREST AVEC VOUS » NOUS A ÉTÉ TRANSMISE PAR SAINT LUC DANS SON ÉVANGILE

LA GRÂCE SPÉCIALE

 Il s’agit de réciter un Je vous salue Marie pour chacune des personnes de la Sainte Trinité : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Le premier en l’honneur de la toute-puissance que le Père confère à Notre-Dame ; le second en l’honneur de la sagesse que le Fils lui donne ; le troisième en l’honneur de sa miséricorde, reçue de l’Esprit Saint. En retour, selon le récit des visions de sainte Mechtilde recueilli par son amie la plus proche, sainte Gertrude de Helfta, et consigné dans le Livre de la grâce spéciale que cette  dernière  a  rédigé  pour  en  faire  mémoire,  Marie prend trois engagements en faveur de celui qui l’invoque.

La sainte Vierge promet d’assister le fidèle qui la prie à l’heure de sa mort, pour le réconforter et chasser  loin  de  lui  toute  puissance  adverse ; de remplir son âme des lumières de la foi et de la science, de l’abriter contre toute ignorance et toute erreur ; de l’aider à triompher  des  douleurs  et  de  l’amertume de la mort, au point de les voir  se  changer  en  douceurs  et  allégresses…

 UN NOUVEL ESSOR

 Pendant des siècles, les fidèles ont prié la Mère du Seigneur en récitant chaque jour, avec persévérance, les trois Je vous salue Marie. Pourtant, le temps passant, la compréhension de cette importante dévotion se perd.

En 1900, un humble capucin de Blois, le père Jean-Baptiste de Chémery, va consacrer sa vie à la remettre en lumière. Il accumule les témoignages et crée un mensuel rapportant les miracles obtenus par la prière des  trois  Ave.  Il ouvre une archiconfrérie approuvée par le pape Benoît XV en 1921 et rédige un manuel récapitulant l’origine, le développement et les merveilleux effets de cette dévotion, convaincu que ce moyen tout simple de prier permet de se rapprocher de Dieu par Marie…

Le campanile, haut de 60 m, abrite le gros bourdon et ses trois sœurs cadettes ainsi qu’un carillon de 48 cloches, unique en Loir-et-Cher. Sur la façade, un immense haut-relief de la Trinité signé des frères Martel, concentres-en une saisissante synthèse la doctrine de la basilique : la Vierge, au pied de la Croix, conduisant l’humanité à la Trinité Sainte.

Le sanctuaire possède un ensemble unique de 70 vitraux réalisés par Louis Barillet et Jacques Le Chevallier. Ils sont faits de mosaïques de petits verres juxtaposés, teintés et cuits à l’image des techniques du Moyen Âge.

Cette image a été envoyé aux 10 000 maisons de retraite de France : 450 000 images, 1 tonne de courrier, 300 heures de travail ! Elle est même arrivée dans une boulangerie et dans une prison, sans trop qu’on sache comment…

EN DÉTAIL

UNE BASILIQUE

Le père Clovis de Provins, succède au père Jean-Baptiste pendant l’entre-deux-guerres. Il sera l’artisan de l’édification d’une basilique consacrée à la diffusion de cette dévotion. Rien n’est trop beau pour honorer Notre Dame ! Le projet est ambitieux et d’aucun critiquent sévèrement la témérité du père Clovis…

La construction débute en 1932, mais les malfaçons et les procès se succèdent. Quelques années plus tard, l’architecte Paul Rouvière reprend le chantier et lui imprime sa marque. L’église est enfin consacrée en 1949 et, privilège suprême, élevée au rang de basilique par le pape Pie XII en 1956.Elle est dédiée à Notre-Darne de la Trinité, un vocable issu de la dévotion des trois Ave Maria.

UNE ARCHITECTURE AUDACIEUSE

Paul Rouvière n’a que 28 ans quand il reprend en main les travaux du sanctuaire. Ses plans obéissent à plusieurs principes : l’usage de nouveaux matériaux, l’emploi des techniques de production industrielle, bannir le pittoresque pour privilégier la pureté des formes, inventer un art moderne. Il délaisse le ciment brut pour le béton bouchardé d’où affleure le gravier de Loire, plus vivant et chaleureux.

 Rappelé sous les drapeaux en 1939, il meurt moins de dix jours après l’entrée en guerre de la France pendant l’offensive de la Sarre. L’architecte Yves-Marie Froidevaux, spécialiste de la restauration d’édifices médiévaux, lui succède.

LE CHEMIN DE CROIX

Le Chemin de Croix de la basilique est l’œuvre la plus renommée de Jean Lambert-Rucki. De taille monumentale, les stations tapissent la nef de deux frises de 35 mètres. À sa réalisation, il était le plus grand au monde.

LA REVUE

Vieille de 119 ans, mais aussi jeune qu’au premier jour, la revue des Trois Ave raconte les merveilles que la Vierge Marie ne cesse d’accomplir dans les cœurs, par des témoignages de conversion ou des conseils pratiques pour la vie de couple et la vie de prière…

POUR ALLER + LOIN

www.troisave.com

www.sanctuaire-trinite.com

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI