LA SCUOLA GRANDE DI SAN ROCCO À VENISE, SÉRÉNISSIME FRATERNITÉ

by Alexandre Meyer
 

Venise, XVe siècle. Face aux épidémies, à la pauvreté et à la violence qui gangrènent les quartiers les plus défavorisés de la ville, de jeunes citoyens, issus de familles patriciennes, forment des confréries très chrétiennes qui rivaliseront de zèle pour soigner les plus démunis…

PAR ALEXANDRE MEYER – PHOTOS : WEB GALERY OF ART, PUBLIC DOMAIN

Ci-dessus : Fête de la Saint-Roch par Giovanni Antonio Canal, dit le Canaletto (vers 1735, National Gallery, Londres). Célébrée le 16 août, la fête commémore la fin de la terrible peste de 1476, jugulée par l’intercession miraculeuse du saint montpelliérain. Élevée en 1488, remaniée entre 1765 et 1771 pour épouser le style de la Scuola Grande qui la jouxte, l’église dédicacée au saint thaumaturge est située dans le sestiere – le quartier – San Polo de Venise.

Institutions typitquement vénitiennes, les Scuole (écoles, en raison du lieu où se réunissaient leurs membres à l’origine) participèrent étroitement au rayonnement politique, économique et culturel de la Sérénissime. Nées au XIe siècle et dissoutes par Napoléon en 1806, ces confréries religieuses, échappant à la tutelle de l’Église, étaient composées de laïcs, et encourageaient l’entraide, la bienfaisance et la dévotion à un saint patron.

Vouées à l’assistance sociale, reconnues et encouragées par les plus hautes instances du gouvernement de la République de Venise, elles sont classées en 1467 par son comité de sûreté, le Conseil des Dix, en quatre groupes : Scuole grandi chargées de la charité ; Scuole picole ou artigiane, fonctionnant en corporations d’artisans du même métier ; Scuole nazionali, associations communautaires réunissant les étrangers vivant dans la cité par nationalité ; Scuole comuni vouées à l’assistance mutuelle de leurs membres.

LA REVANCHE DES NOUVELLES FAMILLES

Les plus vieilles familles vénitiennes, qui ont contribué à la fondation de la Cité, se sont réservées l’accès exclusif au Grand Conseil et, de fait, au pouvoir. Exclus du gouvernement de la République, les membres des « nouvelles familles », reconnus pour leur respectabilité, leur probité et leur grande richesse, vont recouvrer une position sociale à la hauteur de leurs ambitions et s’illustrer, aux côtés de citoyens plus humbles, dans les Scuole grandi.

PRENDRE SOIN DE TOUS

Au nombre de six, elles sont toutes plus prestigieuses les unes que les autres par le nombre et la qualité de leurs membres, ou par le patrimoine dont elles disposent, enrichi par les dons et les legs. Très présentes dans la vie de la cité, elles y occupent une place de premier plan.
Sous le vocable d’un saint patron et pour le Christ, les Scuole grandi prennent soin des âmes et des corps, distribuant aumônes et nourriture pour les pauvres, visitant les prisonniers, constituant la dot des jeunes filles, construisant des logements pour les indigents, des hospices pour les personnes âgées, des unités de soins pour les malades, organisant les funérailles. En quelques années, elles éradiqueront les épidémies par surcroît de charité.

LE SAViEZ- VOUS ?

JACOPO ROBUSTI (1518-1594), PEINTRE LE PLUS CÉLÈBRE DE VENISE AVEC TITIEN OU VÉRONÈSE, EST APPELÉTINTORETTO OU TINTORET (LE PETIT TEINTURIER), EN RAISON DU MÉTIER DE SON PÈRE.

Le Tintoret remporte le concours public lancé par la confrérie de Saint Roch en présentant dans un temps record, non pas une simple esquisse, mais une toile achevée qu’il offrit à la Scuola. Il en fournira plus de cinquante et y travaillera vingt-cinq ans.

EN DÉTAIL

Les reliques de saint Roch reposent depuis 1520 dans un tombeau-retable situé dans le chœur, derrière le maître-autel de l’église. Il est encadré de deux toiles monumentales du Tintoret : Saint Roch guérissant les pestiférés (ci-dessus), peinte en 1549, et Saint Roch en prison visité par l’ange, réalisée en 1567 (en bas).

DÉVOUÉE AUX MISÉREUX

La Scuola di San Rocco est instituée en 1478 comme « confrérie de dévotion de flagellés sous le patronage de saint Roch », deux ans après l’épidémie qui a décimé la cité.Dès la translation des reliques de saint Roch à Venise en 1485, la confrérie se lance dans l’édification d’une église pour les abriter et d’une Scuola pour déployer son action caritative. En 1489, elle est élevée au rang de Scuola grande grâce au nombre sans cesse croissant de ses confrères et des mérites acquis en soulageant la population. Ses membres doivent respecter scrupuleusement les règles de la confrérie, jurer fidélité au doge (le chef de l’État) et à la République, concourir à l’unité et à la paix dans la cité, remplir leurs devoirs religieux (prières, messes, solennités) et participer aux services d’aide et d’assistance aux nécessiteux.

Les plus grands peintres et architectes sont sollicités pour construire et
décorer les Scuole, renforçant leur prestige. La confrérie commandera des
dizaines d’œuvres époustouflantes à son artiste de prédilection – et l’un de
ses membres – le Tintoret, qui orneront son église, ses dispensaires, hôtelleries, lazarets et bâtiments conventuels, édifiés pour accueillir et soigner toute la misère de la Sérénissime.

LE SAINT GUÉRISSEUR

Saint Roch est né à Montpellier vers 1350. Alors qu’il est étudiant, une terrible nouvelle jette l’épouvante dans la ville : la peste noire, déclarée en Chine en 1333, est arrivée en Italie et progresse vers l’ouest. Les morts se comptent par milliers. Roch part pour Rome, vêtu en pèlerin. Au cours de son chemin, il s’arrête dans les hôpitaux pour soigner et panser les plaies des malades. D’une grande piété, la tradition rapporte qu’il leur rendait la santé par le signe de la croix. Après trois années de zèle au services des pestiférés, il contracte à son tour la maladie. Guéri miraculeusement, il reprend la route et finit ses jours en prison dans sa ville natale en proie à la guerre civile. Invoqué contre les maladies contagieuses, son culte se répand rapidement. Venise restitua une partie de ses reliques en 1856 à l’église Saint-Paul de Montpellier où l’attendait… son bâton de pèlerin.

POUR ALLER LOIN

www.venise-tourisme.com/ scuola-grande-san-rocco.html

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI