Les jeunes doivent-ils apprendre à aimer ?

by administrator

Débat. Les jeunes vivent de plus en plus tôt leurs premières expériences amoureuses, encouragés par la société, parfois par leurs parents. Sont-ils prêts déjà à vivre des relations affectives et sexuelles? Est-ce une bonne chose pour eux d’en faire l’expérience très jeunes?

Débat entre Lili Sans-Gêne et Pierre-Hervé Grosbjean.

 Quand je vois dans les journaux les couples de people, tous hyper-beaux, riches, célèbres… et qui s’aiment, ça me fait rêver!

En fait je crois que ton rêve est plus grand que ça. Au fond, si tu prends le temps de te poser un peu, et de réfléchir loin du regard des autres, tu reconnaîtras en toi une soif plus grande : celle d’aimer vraiment, et d’être aimé. Pas d’un amour facile, brillant, mais qui peut s’estomper demain. D’un amour vrai, qui te comble, parce qu’il sera fidèle et durable. Être aimé pour ce qu’on est, tel qu’on est, y compris avec ses limites, et réussir à aimer l’autre tel qu’il ou elle est, et non tel qu’on le rêve, voilà ce qui sera pour toi source d’une vraie joie. Ce désir d’aimer, cette capacité d’aimer, c’est ce que Dieu a d’ailleurs mis de plus beau en toi. Mais c’est aussi ce qu’il y a de plus fragile. C’est là-dessus que tu pourras être le plus heureux, la plus heureuse du monde, et rendre l’autre la plus heureuse, le plus heureux du monde. Mais c’est aussi dans ce domaine que tu pourras le plus te blesser et le plus blesser l’autre. Alors n’aie pas peur de te laisser guider et encourager : le message de l’Église sur l’amour, sur la sexualité, sur la vie affective n’est pas un carcan mais un chemin beau et exigeant au service de ta joie.

 Aimer, c’est un sentiment: donc quand il n’y en a plus, eh bien! C’est qu’il n’y a plus d’amour… 

Ne confonds pas le désir amoureux et l’amour. Oui, le sentiment amoureux, le désir peut être fluctuant, même dans les couples qui vont bien. Il y a des hauts et des bas. Bien sûr, on fera tout pour cultiver et nourrir ce désir. Mais on ne maîtrise pas complètement ce qu’on ressent. L’amour c’est autre chose. Aimer, ce n’est pas simplement éprouver un sentiment, c’est choisir librement d’aimer. Aimer, c’est vouloir aimer. Au-delà de ce que je ressens, je peux encore choisir d’aimer. Voilà pourquoi le jour de ton mariage, tu diras au maire ou au curé : « Oui, je le veux. » Tu pourras promettre à ta fiancée ou à ton fiancé non pas de ressentir sept jours sur sept un sentiment ardent. Mais tu pourras lui promettre de vouloir l’aimer chaque jour. Voilà pourquoi on peut s’engager à aimer dans la durée !

 Il n’y a pas d’âge pour aimer: même les jeunes avant 20 ans peuvent déjà vivre une grande histoire d’amour!

On peut être amoureux très tôt et très vite, c’est vrai. Mais si aimer, c’est choisir, il faut du temps pour être capable de vraiment connaître une personne au point de la choisir. Comment construire un couple solide à deux si on n’est pas construit soi-même ? Ne zappe pas ce temps des grandes amitiés. Vivre un temps d’amitié gratuite permet d’apprendre à connaître l’autre en toute liberté, tout en ayant le temps de grandir soi-même. Il ne s’agit pas de refouler ses sentiments, mais de prendre le temps de les laisser mûrir, de les vérifier sur la durée, de les discerner. Combien ont regretté d’être allés trop vite, et d’avoir ainsi abîmé de belles amitiés ? Prends le temps de te construire ! Celle ou celui que tu aimes peut-être déjà secrètement te remerciera d’avoir su l’attendre et te préparer. Rien de grand ne se fait sans prendre le temps !

 S’embrasser, c’est vraiment inoffensif: ça n’engage à rien.

Si. Les gestes et les paroles que tu poses t’engagent, parce qu’elles te marquent et marquent l’autre. C’est pour cela que saint Jean-Paul II disait aux jeunes : « Que les gestes de votre corps soient le langage de votre cœur. » Si tu t’habitues à poser trop tôt, ou trop facilement ces gestes et ces paroles, tu risques de les appauvrir. Et le jour où tu seras réellement prêt à aimer, tu seras pauvre de ça. L’Église est là pour t’encourager à garder précieusement la beauté et la grandeur de ces gestes de l’amour. Ils te construiront demain et feront ta joie.

 Faire l’amour, c’est beau quand on s’aime: c’est une preuve d’amour. Et puis le plaisir, c’est important, même si pour les cathos c’est un péché!

La relation sexuelle est magnifique en tant qu’elle exprime le don total de soi. Voilà pourquoi elle ne trouve toute sa vérité que quand elle a lieu entre deux personnes réellement engagées. Comment demander à une personne de se donner à ce point, si on ne peut pas lui assurer qu’elle est la seule, l’unique et qu’on ne se reprendra pas ? Si l’Église nous encourage à attendre le mariage pour se donner l’un à l’autre, c’est pour protéger toute la beauté de cette relation sexuelle, lui garder tout son sens – y compris d’être ouverte à la vie – et ne pas risquer là encore de la banaliser ou de l’appauvrir.

Quant au plaisir, rassure-toi, les cathos n’ont rien contre : ce que Dieu a créé est bon ! Mais tu l’auras remarqué : ce plaisir, s’il n’est recherché que pour lui-même, ou de façon égoïste, est éphémère et décevant. Le plaisir est juste et bon quand il accompagne le don de soi et l’accueil de l’autre. Il participe alors à la joie vraie de celui qui se donne, et non cherche à prendre.

 À quoi ça sert de parler de l’engagement et de l’amour à des jeunes? Ils ont toute la vie pour apprendre: il faut profiter de la jeunesse pour s’amuser, faire des expériences. 

L’Église t’aime trop pour te mentir : l’âge des fondations est important. Ce que tu vis aujourd’hui prépare déjà l’homme ou la femme que tu seras demain. Cela ne veut pas dire que la moindre erreur faite à quinze ou vingt ans aura des conséquences dramatiques pour un mariage futur. Mais cela veut dire plus positivement que les efforts que tu peux faire aujourd’hui pour apprendre à dire non à ce qui est trop facile préparent déjà le « oui » que tu prononceras demain. Tes efforts pour te garder précieusement, pour respecter le sens et la vérité des gestes et des paroles de l’amour, pour te respecter et respecter l’autre, préparent déjà la joie que tu pourras offrir demain à celle ou celui que tu épouseras. Voilà ce que je te crois capable d’entendre et de comprendre. L’Église te prend au sérieux. Bien sûr, on n’arrive pas au sommet, à ce grand amour, d’un coup. Bien sûr, on peut se casser la figure, ou trouver ça difficile. Il faudra du temps pour y arriver. Mais tu peux le choisir dès maintenant. Tu es fait pour vivre ce grand amour un jour. Et cette joie-là mérite tes efforts aujourd’hui pour t’y préparer avec confiance. Sans te décourager, en te laissant aider. L’Église n’est pas là pour te juger ou t’embêter. Elle est là pour t’aider à te relever s’il le faut, à trouver le bon chemin, à ne pas te décourager, à ne pas te contenter de peu, à avancer vers ce sommet. Tu peux lui faire confiance, Elle veut le meilleur pour toi !

 De toute façon, vous êtes à côté de la plaque: à leur âge, tous les jeunes ont des relations amoureuses ET sexuelles le plus souvent. Beaucoup d’entre eux regardent aussi des vidéos pornos!

L’Église n’est pas naïve, les prêtres non plus. Il suffit de confesser un peu… Ce que je sais, c’est que beaucoup de jeunes sont effectivement submergés d’images, de conseils techniques, d’expériences diverses et variées. Mais ils ont soif d’autre chose. Ils ont soif qu’on leur parle d’amour vrai. Ils ont soif qu’on les croie capables du meilleur, qu’on prenne au sérieux leur désir d’aimer et d’être aimés, en leur proposant un chemin authentique et sûr pour s’y préparer. Et je peux témoigner que des jeunes trouvent leur joie sur ce chemin, et qu’il est possible, même pour les pauvres que nous sommes. Dieu ne se découragera jamais – quel que soit notre passé – de vouloir nous apprendre à aimer ! a


Pierre-Hervé Grosjean
L’abbé Pierre-Hervé Grosjean est prêtre du diocèse de Versailles depuis onze ans. Il est curé de la paroisse de Saint-Cyr-l’École et anime avec d’autres prêtres le Padreblog.fr

Pour aller plus loin : 

Aimer en vérité, Pierre-Hervé Grosjean, Artège, 2014

La théologie du corps pour les débutants , Une nouvelle révolution sexuelle de Christopher West, Ed. de l’Emmanuel, 2015

Forum des jeunes, 2000 jeunes sont attendus du 8 au 13 août à Paray-le-Monial, pour cinq jours d’amitié, rencontres, formation, témoignages, prière, concerts… www.emmanuel.info/jeunes/

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI