Sylvain : Dieu m’a sauvé du désespoir

by administrator

Adolescent, Sylvain est tourmenté par l’absurde de la vie. C’est désespéré qu’il parvient au seuil de l’âge adulte. Jusqu’à cette semaine où l’amour le saisit…

 

Un vendredi de septembre 1994. J’entre dans la basilique de Notre-Dame de Bonne Garde, à Longpont-sur-Orge. Dès le seuil, je me sens travaillé de l’intérieur, comme si quelque chose me labourait le coeur. Au bout d’une allée, une statue représente l’évêque saint Denis. Stupeur : l’espace d’un instant, j’aperçois, au centre de la poitrine de cette statue, un visage d’enfant. Il ressemble à ces angelots bouclés de certains tableaux. Son visage grave se retourne vers moi comme pour me dire : « Viens. Suis-moi. » Mon regard revient sur la statue : nulle trace du visage d’enfant… Je ne trouve aucune explication rationnelle. En cet instant Dieu fait irruption dans ma vie et me retourne l’âme. Il m’appelle à le suivre sur le
chemin du coeur, vers ce lieu secret où il se donne. Désormais, ma vie ne sera plus la même.

Une quête intérieure 
Avant, c’est à ma naissance, la décision de mes parents de ne pas demander pour moi le baptême. Je grandis heureux au sein de ma famille, sans rien connaître de Dieu ou de l’Église. Avant, c’est aussi la période tourmentée de l’adolescence et cette quête intérieure qui me fait chercher des réponses aux questions qui me hantent : « La vie a-t-elle un sens ? Pourquoi vivre si c’est pour mourir un jour ? La vie vaut-elle la peine d’être vécue ? » Plus je cherche et moins je trouve. Littérature, art, philosophie, spiritualités orientales, expérience amoureuse, etc. Je vais de déception en déception, de désillusion en désillusion. À 21 ans, je ne crois plus en rien. À mes yeux, plus rien n’a de valeur, pas même l’amour.
Extérieurement, j’ai tout pour être heureux. Intérieurement, c’est le vide jusqu’au vertige, l’abîme du doute et de l’errance, la fascination pour le néant. Je suis désespéré. Puis des témoins et des lectures m’aident à découvrir la religion chrétienne, à briser mes images fausses et négatives de Dieu et de l’Église. Je m’interroge. Je suis attiré. Sans que je le sache, Dieu me prépare à le rencontrer. Jusqu’à ce visage d’enfant. Jusqu’à cette folle semaine de septembre 1994 où, bouleversé, je découvre la présence du Christ dans l’eucharistie et dans le sacrement de réconciliation. Présence
inouïe, infiniment respectueuse de ma liberté. Après bien des combats intérieurs, je me reconnais aimé de façon absolue et inconditionnelle ; je peux dire « oui » à cet amour. Dès lors, ma vie a un sens : l’amour, et seulement l’amour.
Me laisser aimer par Dieu et l’aimer en retour, me laisser aimer par les autres et les aimer comme Dieu les aime : c’est tout ce que je veux vivre. Dieu m’a rendu la joie de vivre et d’aimer. Je reçois le baptême dans l’Église catholique peu
avant mes 23 ans. Je peux bâtir ma vie sur ce roc qu’est le Christ et faire les choix auparavant impossibles. Le mariage avec Emmanuelle. L’enseignement de la philosophie auquel, un temps, je souhaitais renoncer. La philosophie avait tant entretenu mon désespoir ! Au nom de la raison, j’avais refusé l’existence de Dieu. Et maintenant, au nom de la foi, j’étais tenté de mettre la raison en sourdine.
Jusqu’à la lecture de Foi et raison (de Jean Paul II). Exercez votre intelligence, demandait le pape aux philosophes, car elle est un don de Dieu, et au nom de la foi en Dieu, ayez confiance dans les capacités de la raison. Je comprenais que le travail de l’intelligence pouvait être mis au service de l’amour.

Vivant et agissant 
Pourquoi suis-je devenu catholique pratiquant ? Non par attachement à une tradition. Non par adhésion à une vision du monde ou à une morale. Non par besoin d’appartenir à une communauté. Dans cette Église, j’ai rencontré le Christ vivant et agissant, j’ai découvert, émerveillé, le Dieu des Évangiles, qui aime et veut sauver tout homme.

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI