AU CHÂTEAU DE LAVARDENS, LE CADEAU DE GASCOGNE

by Alexandre Meyer

La 22e édition de l’exposition « L’Art du Santon » s’est ouverte le 17 octobre dernier au château de Lavardens – Centre d’art en Gascogne. Plus de 20 000 santons ont pris place dans douze salles du château, décorées pour l’occasion. Ils ont été collectés auprès de dix-sept des plus célèbres santonniers de France.

TEXTE ALEXANDRE MEYER – PHOTOS ALEXANDRE MEYER – GERS/CDT32/GÉRARD VILMINOT

En raison du reconfinement, le château de Lavardens a fermé ses portes le vendredi 30 octobre jusqu’à nouvel ordre, mais continue de vous faire découvrir ses expositions et la mise en scène chatoyante et riche en sur- prises de ses santons au travers de ses réseaux sociaux.

UNE HISTOIRE MOUVEMENTÉE

Surplombant la Gascogne depuis 1140 selon un cartulaire (charte contenant la transcription des titres de propriété), le château de Lavardens devient la propriété des comtes d’Armagnac et une forteresse royale vers 1400, passant sous la souveraineté anglaise puis française pendant la guerre de Cent Ans.

Irrité par l’insubordination de son vassal, Jean V d’Armagnac, le roi Charles VII – celui qui reçut le soutien indéfectible de Jeanne d’Arc, qui fut sacré à Reims en 1429 et mit fin à la guerre de Cent Ans en remportant la victoire finale sur les Anglais à Castillon en 1453 – assiège Lavardens en 1455. Jean V prend la fuite.

LE SAViEZ- VOUS ? LA CÉLÈBRE PASTORALE DES SANTONS DE PROVENCE A ÉTÉ ÉCRITE EN 1844 PAR LE MARSEILLAIS ANTOINE MAUREL.

Le château sera relevé de ses ruines à partir de 1620 par le maréchal de France Antoine de Roquelaure, compagnon et ami d’Henri IV, pour l’amour de sa jeune épouse, Suzanne de Bassabat.

À la mort de Charles VII en 1461, le roi Louis XI l’amnistie et lui rend ses comtés. Mais celui-ci bientôt prend part en 1465 à la ligue du Bien public (une révolte de seigneurs contre l’autorité royale) et complote avec les Anglais.

C’en est trop pour Louis XI, qui met l’Armagnac et le Rouergue sous séquestre en 1470. Le cardinal d’Albi, Jean Jouffroy, assiège Lectoure où Jean V s’est réfugié en 1473. Le Comte d’Arma- gnac y trouvera la mort avec ses hommes. Lavardens tombe aux mains du successeur de Louis XI, Charles VIII, en 1496 et est en partie détruit.

LE CADEAU D’UN MARI

Laissée inachevée par une épidémie de peste qui dévaste le village en 1653, la noble résidence de pierres blanches passe de main en main et est intelligemment convertie en copropriété de douze familles après la Révolution.

Herria goizean

UN CHATEAU SAUVÉ DE LA RUINE

Lavardens est sauvé par une association de passionnés en 1960, il est classé au titre des Monuments historiques depuis 1961 et s’est mué en centre d’art en perpétuel développement, accueillant des expositions tout au long de l’année.

UNE ARCHITECTURE REMARQUABLE

Conçu dans le goût raffiné du XVIIe siècle, le château de Lavardens présente des prouesses architecturales uniques telles que ses tours sur trompe.
À noter, les pavements de calcaire et de brique des dix-sept salles, tous différents, ses galeries extérieures, sa vue panoramique sur la campagne, sa chambre des échos, ses voûtes en berceau…

LA GASCOGNE

Ravissant castelnau (de l’occitan castel nou), petite ville fondée à proximité d’un château, Lavardens est labellisé « l’un des plus beaux villages de France en 2011 ». L’actuel clocher de l’église du village, dédicacée à saint Michel, est une ancienne tour de guet du XIVe siècle.

Vaste territoire du grand Sud-Ouest français, la Gascogne forme un triangle dont les sommets sont l’estuaire de la Gironde au nord, l’océan Atlantique à l’ouest, le contrefort des Pyrénées au sud (à l’exception du Pays basque bien sûr) et dont le plus grand côté suit le cours de la Garonne à l’est. Elle est baignée par les cours d’eau qui descendent du Plateau de Lannemezan : les affluents de la Garonne et de l’Adour : le Gers, la Save, le Gave de Pau…

LE TERROIR À L’HONNEUR

À découvrir également sur les cimaises du château, une exposition des dessins de Perry Taylor, pleins d’humour et de terroir, intitulée
« Planète Gascogne ». Cet artiste « anglo-gascon », installé il y a plus de quinze ans dans les Hautes-Pyérénées croque avec humour et tendresse la vie à la campagne, les traditions et le patrimoine gascons, avec une affection particulière pour le rugby, le cyclisme, la pétanque, la chasse… sans oublier les vendanges !

Venus des ateliers de Marseille, d’Aubagne, d’Aix-en-Provence ou de Bagnols-sur-Cèze, les milliers de santons exposés au château de Lavardens vous plongeront dans une joyeuse farandole, pleine de vie et de couleurs. Ils sont mis en scène sur des piédestaux tendus de blanc ou de longues tables, classés selon leur atelier d’origine, disséminés autour de la crèche, de la place du village ou du moulin, édifiés pour l’occasion.

L’exposition se visite un petit panier à la main et vous permet de piocher directement le santon, le décor ou l’accessoire qui manque à votre crèche de Noël !

www.chateaulavardens.fr

facebook.com/chateau.lavardens

www.tourisme-gers.com

 

 

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI