Une épave retrouvée intacte ressuscite le mythe de l’Odyssée d’Homère

by Hélène Bordes

Après 2400 ans passés au fond de la mer Noire, un navire grec en parfait état de conservation présente encore des similitudes extraordinaires avec les céramiques à figures noires qui ont conservé jusqu’à nous la mémoire d’Ulysse et de ses compagnons.

Le bateau de commerce grec qui cabottait encore au Ve siècle avant J.-C. sur les côtes occidentales de la mer intérieure du proche-orient est la plus vieille épave réputée «intacte» qui soit parvenue jusqu’à nous. On doit son “invention” (le terme consacré lorsque des archéologues retrouvent un trésor enfoui) à une expédition scientifique anglo-bulgare.
Seuls le décor d’anciennes poteries grecques et l’imagination fertile des amateurs de récits épiques ou mythologiques portaient encore la trace de ce profil typique de navire hellène.
L’expédition menée conjointement par l’Université de Southampton et le Musée archéologique national, l’Académie des sciences et le Centre d’archéologie sous-marine de Bulgarie a été couronnée d’un succès inattendu et éblouissant. L’étude portait initialement sur l’évolution du niveau de la mer et l’immersion de la région de la mer Noire. La découverte de cette épave va prendre tout le monde au dépourvu.
Un spectacle exceptionnel : sur les vidéos partagées sur internet par l’équipe du professeur Jon Adams, directeur du Centre d’archéologie maritime de l’université de Southampton, le navire intact repose sur un côté.
Il est protégé par une mince couche de sédiments, à une profondeur – 2 kilomètres – où l’oxygénation, très faible, ne peut plus corrompre sa charpente qui s’est comme pétrifiée. On distingue les membrures, les bancs des rameurs, la proue, le gaillard d’arrière mais aussi le mât et le gouvernail !
L’expédition Black Sea Maritime Archaeology Project sondait depuis trois ans les fonds de la mer Noire au large de la Bulgarie au moyen d’un puissant sonar et d’un drône sous-marin télécommandé équipé de caméras et de projecteurs conçus pour l’exploration des abysses. Sa découverte devrait changer notre compréhension de la construction navale et de la navigation à l’époque antique annoncent les chercheurs. La cargaison elle-même est peut-être en excellent état, mais la sortir de l’eau sera très long et délicat.

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI