Un magistrat à la Cour des comptes au chevet des chrétiens d’Orient

by Alexandre Meyer

Succédant à Jean-Louis Borloo, Éric Orsenna ou Stéphane Bern qui s’étaient respectivement penchés sur les banlieues, les bibliothèques et le patrimoine, Charles Personnaz a arpenté l’autre rive de la méditerranée.

Bénévole à l’Œuvre d’Orient, il a été chargé le 1er juillet par le Président de la République de lui remettre un rapport sur la situation du patrimoine et du réseau éducatif des communautés chrétiennes au Moyen Orient. Il a rendu sa copie début janvier. Ce document inédit qui engage l’État, vise à renforcer l’action de la France dans la protection du patrimoine moyen-oriental et à soutenir les communautés chrétiennes de la région. Parmi les mesures préconisées par son rapport : la création d’un fonds en faveur des écoles francophones (essentiellement confessionnelles et catholiques), l’envoi de volontaires français, l’ inventaires précis du patrimoine, la restauration de manuscrits, la création au Louvre d’un véritable département des arts byzantins, l’enseignement des langues du Moyen-Orient, la promotion des cultures syriaque, copte ou arménienne ou la décorations des personnalités ayant œuvré au sauvetage du patrimoine syrien ou irakien

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI