Sean Connery, l’éternel James Bond, est mort

by Alexandre Meyer

Première incarnation sur grand écran du plus célèbre des agents secrets, Sean Connery est mort samedi 31 octobre à l’âge de 90 ans.

PAR A.M.

Sean Connery aura endossé six fois le smoking de James Bond entre le premier opus de la saga, James Bond 007 contre Dr. No en 1962 et l’épisode non-officiel Jamais plus jamais en 1983. Il versera la totalité de son cachet (5 millions de $) à une oeuvre de bienfaisance écossaise assurant la scolarité des jeunes défavorisés.

Bon footballeur, il est repéré dans sa jeunesse par le manager de Manchester United, mais reste fidèle à sa passion, le cinéma.

Il a joué pour les plus grands : Hitchcock, Attenborough, Sidney Lumet, John Huston… et campé des rôles qui auront marqué durablement la mémoire des cinéphile : le roi Arthur, Robin des bois, Richard Cœur de Lion, Henry Jones, le père d’un célèbre aventurier surnommé Indiana.

Devant la caméra de Jean-Jacques Annaud, il joue le moine franciscain Guillaume de Baskerville dans Le Nom de la rose en 1986, adapté du roman éponyme d’Umberto Eco, et remporte la plus haute récompense cinématographique britannique.

Il reçoit l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle et le Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle pour Les Incorruptibles, de Brian de Palma, sorti en 1987.

Dans les années 90, il est à l’affiche de plusieurs films d’aventure et d’espionnage à gros succès : À la poursuite d’Octobre rouge (1990), Rock (1996) ou Haute Voltige (1999) et se retire du cinéma à 75 ans au début des années 2000.

Sean Connery ne croyait en rien mais avait été profondément marqué par sa rencontre avec le Pape Jean Paul II. Anobli par la Reine Élisabeth II en 2000, membre de l’ordre de l’Empire britannique, fier de ses origines, il restera pourtant toute sa vie un fervent défenseur de l’indépendantisme écossais. 

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI