Le journal qui vous veut du bien !

Philippe Ariño : Homosexuel et catholique

13 avril 2013

Philippe Ariño

 Philippe Ariño brise le tabou. Bonne nouvelle : oui, il est possible de porter en soi une tendance homosexuelle et d’être fidèle à Dieu dans l’Église.

Propos recueillis par Laurence Meurville

En 2011, pour la première fois, lors d’une conférence, j’ai évoqué en même temps mon homosexualité et ma foi. Ce fut comme un révélateur pour moi. Un peu plus tard, lors d’une longue interview, j’ai reçu une sorte d’électrochoc. J’ai compris combien j’étais dans une contradiction : si je voulais être heureux, il fallait que j’en sorte. Pendant un an et demi, j’avais cherché à « convaincre » Dieu que je pouvais combiner ET vie de couple homo ET vie de foi. Mais cela devenait de plus en plus clair pour moi. Je ne pouvais plus choisir deux maîtres : et le Christ et ma pratique homosexuelle. En m’entendant répondre à cette journaliste, j’ai pris plus pleinement conscience de l’importance, pour un disciple du Christ, de chercher à vivre ce que l’on dit. Pour moi, il s’agissait donc concrètement de faire le pas de la continence.

Le choix de la continence
La continence, c’est la clé de voûte qui permet à la fois de parler ouvertement de son homosexualité et d’être fidèle à l’appel du Christ dans l’Église, qui nous demande de vivre l’amitié désintéressée et la continence. Je crois que la continence que l’Église demande aux personnes homosexuelles va plus loin que la simple absence de contacts physiques. N’est continent que celui qui a clairement décidé de lâcher le rêve de former un couple homo, qui ne louvoie pas entre l’amitié et la sensualité ; celui qui a posé définitivement le choix de l’amitié simple. Je constate d’ailleurs autour de moi que parmi les catholiques homosexuels qui n’ont pas encore fait ce choix de la continence, beaucoup s’éloignent de l’Église ou bien ne parlent pas de leur homosexualité.
En 2011, donc, je me suis décidé pour la continence : j’ai arrêté la drague, la masturbation et le porno. Si j’ai choisi ce chemin, ce n’est pas par défaut, par déception amoureuse mal digérée, pour ne pas avoir à avouer que j’ai pu éprouver du plaisir à des gestes que la morale catholique réprouve. C’est beaucoup plus positif que cela. Beaucoup plus libre ! J’ai quitté la recherche de la « conjugalité » et de la sensualité homosexuelles, justement parce que je n’étais pas comblé. J’aspirais à plus grand que ça…

Liberté intérieure
J’étais fort des 29 années où je n’avais entretenu aucune relation amoureuse. Je n’ai finalement « pratiqué » mon homosexualité que pendant un an et demi. Ce passé d’abstinence m’a beaucoup aidé à tenir bon. Mais attention : vivre la continence n’a rien de subit, ni de magique. On y parvient petit à petit. Le bonheur vient en marchant, en découvrant peu à peu des paysages inconnus, en expérimentant la force de la cohérence entre nos mots et nos actes. Et sur la durée, la continence change tout. C’est un vrai chemin de liberté intérieure.
Avant ce choix, j’étais déjà très impliqué dans la société : je suis professeur (un métier qui expose), je fais du théâtre, j’ai un tissu amical et familial très développé. Mais depuis que j’ai décidé de vivre la continence, il y a deux ans bientôt, c’est comme si toutes les dimensions de ma vie se déployaient. Tout est comme décuplé. Quant à ma visibilité médiatique, elle est à la fois l’instrument et le fruit visible de cette révélation de ma continence. Désormais, non seulement je choisis la transparence mais aussi, je suis réconcilié avec tous les aspects de ma vie.
Ma grande chance, c’est que, comme l’homosexualité est une blessure, elle est à la fois un cœur ouvert quand elle est assumée et donnée, mais aussi une amertume qui brise toute tentation d’euphorie ou d’orgueil. Elle pousse au contraire à l’humilité. La joie que m’a révélée le fait de témoigner comme homosexuel et catholique est le fruit de la réconciliation de tout mon être avec Dieu par l’Église.

à lire aussi

STEVEN :  «J'AI VÉCU L'UNE DES PÉRIODES LES PLUS SOMBRES DE MA VIE»

STEVEN : «J'AI VÉCU L'UNE DES PÉRIODES LES PLUS SOMBRES DE MA VIE»

Au décès d’une grand-mère dont il était très proche, Steven se trouve plongé dans un profond désarroi. Ne sachant pas comment en sortir, il crie…
GUILLAUME : « LE SEUL MOT QUE JE POUVAIS DIRE ÉTAIT “MERCI” »

GUILLAUME : « LE SEUL MOT QUE JE POUVAIS DIRE ÉTAIT “MERCI” »

Guillaume se retrouve face à une personne handicapée incapable de s’exprimer et lui demande pourtant de répondre à une certaine question…PROPOS RECUEILLIS PAR ASTRID RAUDOT…
ALIX : « DIEU NE VOULAIT PAS QUE JE VIVE ÇA »

ALIX : « DIEU NE VOULAIT PAS QUE JE VIVE ÇA »

Très angoissée, Alix étouffe tant physiquement que psychologiquement. Elle décide de s’en prendre à Dieu mais découvre avec surprise son incroyable délicatesse. PROPOS RECUEILLIS PAR…
VÉRONIQUE : « DIEU M’A DONNÉ UNE LAMPE FRONTALE »

VÉRONIQUE : « DIEU M’A DONNÉ UNE LAMPE FRONTALE »

Faire la fête, s’éclater, multiplier les petits amis… C’est le programme que Véronique a suivi pendant toute la durée de ses études aux États-Unis jusqu’à…

FAIRE UN PAS DE PLUS

avec Découvrir Dieu

Posez-nous toutes vos questions de foi. Des personnes se tiennent disponibles pour dialoguer avec vous.

Vous souhaitez échanger avec un chrétien ou confier une intention de prière.

Trouvez une église dans votre région ou votre ville.

recevez un encouragement par semaine avec souffle

Souffle est une newsletter proposée par découvrir dieu

L'1visible est édité par Prodeo SAS - 89, boulevard Auguste Blanqui - 75013 Paris - Tél. 01 58 10 75 17

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail