Les “Magnificat Days” font le plein à New York

by Hélène Bordes

Le missel de poche, à couverture glacée et imprimé sur papier bible, a connu une croissance fulgurante aux Etats-Unis. Un beau succès éditorial ponctué de rencontres placées sous l’égide de la Magnificat Foundation, qui ont réuni chaque année depuis cinq ans plusieurs milliers de catholiques américains.

“Magnificat” est l’incipit – le premier mot – de la traduction latine de la très émouvante louange qu’a prononcé la Sainte Vierge en retrouvant sa cousine Elisabeth, quelques instants après avoir reçu la visite de l’ange Gabriel. “Magnificat anima mea dominum” : mon âme exalte le Seigneur. Une louange qui a inspiré nombre de compositeurs au cours de l’histoire et dont l’Église a introduit le chant dans la liturgie des vêpres depuis des temps immémoriaux.
La revue mensuelle de spiritualité éponyme, lancée en France il y a vingt-cinq ans est aujourd’hui disponible en sept langues. Le petit ouvrage à la belle couverture toujours ornée d’une iconographie religieuse soignée, connaît un succès phénoménal aux États-Unis. L’édition anglo-saxonne, parue pour la première fois outre-atlantique cinq ans après la création du titre, compte plus de 330 000 abonnés et un million de lecteurs !
Magnificat, premier tirage parmi les revues catholiques américaines est le joyau du catalogue de son éditeur, le groupe de presse et d’édition français Média Participations, présidé par Vincent Montagne.
Ce missel de poche propose les lectures de la messe quotidienne, l’essentiel des prières du soir et du matin, ainsi que des textes de méditation signés par les grands auteurs de spiritualité du christianisme, contemporains ou antiques.
Véritable phénomène social, la revue a fédéré une véritable communauté de lecteurs formant des groupes de prières plus ou moins formels qui se retrouvent tous les cinq ans dans une grande ville américaine le temps des «Magnificat days». Le dernier rendez-vous s’est tenu le 6 octobre au Kings Theatre de Brooklyn à New York en présence d’invités prestigieux comme le cardinal de Boston, Sean O’Malley, le nonce apostolique aux États-Unis, Mgr Christophe Pierre et nombre de prédicateurs et de grands témoins de la foi catholique américaine.
Offrant un accès pratique et sensible à la prière, la revue fait figure d’antidote à ses lecteurs dans un climat particulièrement lourd. Le rassemblement a offert aux participants un grand souffle d’air frais dans un contexte marqué par les enquêtes ciblant les scandales sexuels commis par de trop nombreux prêtres dans plusieurs diocèses des États-Unis.

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI