L’Eglise orthodoxe ukrainienne s’affranchit du patriarcat de Moscou

by Hélène Bordes

Après plus de 300 ans de tutelle moscovite, l’indépendance de l’Eglise orthodoxe ukrainienne est reconnue par la plus haute autorité orthodoxe universelle. Le patriarcat de Moscou fait peser la menace d’un schisme dans l’Eglise orthodoxe.

Bartholomée Ier, patriarche de Constantinople, considéré comme le primus inter pares des patriarches de l’Église byzantine, le « premier d’entre ses pairs », a reconnu jeudi 11 octobre l’indépendance de l’Eglise orthodoxe ukrainienne. A l’issue d’un synode de deux jours, le patriarcat œcuménique (du grec, universel) siégeant à Istanbul a octroyé l’autocéphalie à l’Église ukrainienne et réintégré dans ses fonctions hiérarchiques le patriarche de Kiev Philarète. Le décret plaçant les croyants ukrainiens sous la tutelle du Patriarche de Moscou depuis 1686 est révoqué.
Pour l’Eglise orthodoxe russe, le coup est rude et ses autorités gardent un silence prudent. Le patriarcat de Moscou Cyril Ier doit réunir son propre synode en mars 2019 à Minsk, en Biélorussie. S’il y prend la décision de rompre totalement ses relations avec l’Eglise soeur de Constantinople, la chrétienté assisterait impuissante à un schisme inédit au cours du dernier millénaire de son histoire.
A compter de l’effondrement de l’Union soviétique et de l’indépendance de l’Ukraine en 1991, l’étoile de l’Eglise orthodoxe moscovite avait commencé à pâlir dans le pays. L’annexion de la Crimée par la Russie en 2014 et la guerre civile du Donbass qui oppose toujours séparatistes prorusses et forces loyalistes ukrainiennes sur la frontière avec leur encombrant voisin ont donné une puissante poussée à l’Église autocéphale en germe.
Des dizaines d’édifices religieux avaient commencé à basculer du côté de Philarète, particulièrement dans la partie occidentale de l’Ukraine.
Les fidèles ont désormais le choix de rejoindre l’Eglise autocéphale d’Ukraine nouvellement instituée ou de rester membres de l’Eglise locale placée sous la tutelle historique du patriarcat de Moscou, majoritaire dans le clergé. La première réunirait près de 4000 lieux de cultes et 5000 communautés quand la seconde disposerait de plus de 11000 lieux de culte pour 12000 communautés de croyants, soit plus du double.

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI