Le tourisme spirituel ne connaît pas la crise

by Hélène Bordes

Savez-vous comment reconnaître un pèlerin d’un simple randonneur sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle ? L’un l’appelle “le Camino” et l’autre “le GR65”… L’anecdote peut faire sourire mais les faits sont là : de plus en plus de nos contemporains en quête de plénitude ou d’un moment d’introspection s’élancent sur des sentiers emprunts de la spiritualité de tous les croyants qui les ont parcourus pendant des siècles.

Les offices de tourisme des villes sanctuaires, l’appellent tourisme “expérienciel” : mi-exploit sportif, mi-quête de sens. De plus en plus de pèlerins foulant nos grands sanctuaires sont des non-croyants ou des agnostiques qui trouvent dans la visite ou le voyage à pied le sens de leur engagement. L’objectif à atteindre, le but du voyage, lui, est devenu secondaire.
90 millions de touristes se régalent chaque année des merveilles culturelles et gastronomiques françaises. Parmi eux, 20 millions passent la douane pour un motif spirituel ou religieux selon l’Organisation mondiale du tourisme. Un engouement qui s’affranchit souvent de toute pratique religieuse, se montrant plus spirituel, plus intériorisé. Le sanctuaire de Lourdes a ainsi dû accomplir une mutation spectaculaire ces dernières années pour accueillir une part croissante de touristes au milieu des pèlerins.
Le sanctuaire de Sainte-Anne-d’Auray accueille à lui seul 500 000 visiteurs par an. Les alignements de menhirs de Carnac en attirent 100 000 de plus. Inspiration, quête intérieure, méditation… Ici ou là, l’intérêt croissant du public trahit la motivation spirituelle de la plupart des visiteurs.
L’histoire des grands sites touristiques se confond avec la chrétienté. Victor Hugo et l’Histoire de France se donnent rendez-vous à Notre-Dame, le Sacré-Coeur au 8 millions de visiteurs célèbre le rachat des crimes de la Commune par les fidèles de Paris, Rocamadour – 1,5 millions de visiteurs par an – nous rappelle le voeu de Louis XIII et le sourire de l’ange de la cathédrale de Reims a vu le sacre de Jeanne-d’Arc ! Le Mont Saint-Michel enfin, attire chaque année 2,5 millions de visiteurs. Parmi eux combien de pèlerins et combien de touristes ? Nul ne le sait mais tous les regards seront tournés vers… l’Archange protecteur de la France.

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI