Le burn-out : le mal du travail

by administrator

C’est la bête noire des salariés du XXIe siècle. Selon certaines études, entre 5 et 9 % de la population serait au bord de l’épuisement professionnel. Si tout le monde peut être concerné, certaines conditions lui offrent un terrain de développement très favorable. Enquête.

Parole de sagesse

« Je n’ai mon repos qu’en Dieu seul ; oui, mon espoir vient de lui.
Lui seul est mon rocher, mon salut, ma citadelle : je reste inébranlable.
Mon salut et ma gloire se trouvent près de Dieu. Chez Dieu, mon refuge, mon rocher imprenable !
Comptez sur lui en tous temps, vous, le peuple. Devant lui épanchez votre cœur : Dieu est pour nous un refuge.
L’homme n’est qu’un souffle, les fils des hommes, un mensonge : sur un plateau de balance, tous ensemble, ils seraient moins qu’un souffle.
N’allez pas compter sur la fraude et n’aspirez pas au profit ; si vous amassez des richesses, n’y mettez pas votre cœur.
Dieu a dit une chose, deux choses que j’ai entendues. Ceci : que la force est à Dieu ; à toi, Seigneur, la grâce ! Et ceci : tu rends à chaque homme selon ce qu’il fait. »
Psaume 61

Dix clés pour : Éviter le burn out

Côté salarié
1 Veiller à l’équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée. Ne pas laisser la première détruire la seconde. Se demander ce qui est le plus important… et lever le pied au travail si besoin !

2 Avoir des relations enrichissantes et vitalisantes : Prendre soin de son couple, de ses relations familiales et amicales. Passer du temps avec chacun, en privilégiant le dialogue et la communication. Partager de bons moments.

3 Cultiver son jardin intérieur. Le temps de l’intériorité est fondamental dans l’équilibre de la personne humaine : s’offrir le temps de ne rien faire, de réfléchir, méditer,
prier, écrire…

4 Prendre du temps pour soi en faisant ce que nous aimons, des activités qui détendent et nous nourrissent : art, cuisine, lecture, bain chaud, théâtre, chant, marche, jardinage, etc.

5 Surveiller sa santé. En cas de fatigue importante ou d’insomnies chroniques, consulter rapidement un médecin. Faire du sport au moins une fois par semaine.

6 Alerter sa hiérarchie quand les choses commencent à déraper, quand vous sentez que vous n’avez pas (ou plus) les moyens d’accomplir votre travail. Le dire une première fois oralement puis alerter par écrit, pour laisser des traces. Envoyer un mail, très factuel, sans agressivité, pour mettre sa hiérarchie devant ses responsabilités : « Que me proposez-vous comme solution ? »

Côté entreprise
7 Être au service de son équipe, c’est-à-dire pour le manager être présent à ses collaborateurs, les écouter, les accueillir, porter sur eux un regard bienveillant, être attentif à chacun, prendre le temps de leur donner les explications dont ils ont besoin…

8 Remettre les choses dans le bon ordre. Expliquer la vision de l’entreprise, le projet collectif que nous menons ensemble, pour redonner du sens au travail. L’argent doit être remis à sa place : il est un moyen, qui permet à l’entreprise de se développer, pas une finalité.

9 Être sur le pont en période de tempête. C’est le rôle primordial du capitaine (le manager), pour répondre à ce que les spécialistes appellent le « besoin de soutien moral » des salariés.

10 Accompagner la dimension humaine et émotionnelle des changements, afin de permettre aux salariés de les vivre sereinement. Vérifier qu’ils comprennent la vision de l’entreprise, se l’approprient et la partagent. Ne pas les laisser seuls face à l’incompréhension d’une situation nouvelle. Les rendre partie prenante et co-auteurs des changements, pour leur donner envie de construire l’entreprise.

Thomas Fyot
Consultant associé au sein du cabinet arboretHom,  il accompagne les dirigeants  et les managers dans les phases de transformation des entreprises, à travers des services de conseil, dynamisation d’équipes, coaching individuel
et accompagnement  à la mobilité professionnelle.

LEXIQUE

Burn-in: Le burn-in constitue la première phase de l’épuisement professionnel et précède l’étape ultime, le burn-out. Il se manifeste principalement par du « présentéisme ». Le terme « présentéisme » s’oppose à « absantéisme » et désigne une présence abusive sur le lieu de travail menant à un état pathologique de surmenage (…), malgré des problèmes de santé physique ou mentale qui devraient l’en tenir à l’écart. Comment traiter le burn-out,Michel Delbrouck, Éditions De Boeck, 2011

TEMOIGNAGE

« J’ai perdu confiance en moi » Chloé, 33 ans, a un travail passionnant dans lequel elle s’est trop impliquée. Elle s’est retrouvée en début de burn-out.

« Je me sentais de plus en plus seule au travail, en raison du désintérêt de mon chef pour ma mission. En même temps, je vivais des événements compliqués dans ma vie familiale. Peu à peu, j’ai commencé à perdre le sommeil. Je ne m’endormais plus avant quatre heures du matin. En quelques semaines je suis devenue un zombi. Le médecin m’a donné des somnifères, sans résultat. J’étais épuisée, je n’arrivais plus à réfléchir, à me concentrer, à travailler. J’ai commencé à perdre confiance en moi sur le plan professionnel, à fuir mes collègues, à être agressive avec eux. Mon caractère avait changé. Le week-end, je passais mon temps à essayer de dormir, à pleurer, à déprimer en pensant que ma vie était fichue… Je ne voulais plus sortir avec mon époux, plus voir d’amis. Je m’en suis sortie par étape. J’ai commencé par prendre des vacances au grand air : balades sur la plage, lecture… Ensuite, j’ai fait une retraite qui m’a aidée à choisir de me reprendre en main. En rentrant, j’ai enfilé mes baskets et je suis allée courir. J’ai troqué les somnifères contre des médicaments naturels contre le stress et l’insomnie. Peu à peu mon sommeil est revenu et ma joie de vivre avec lui ! J’ai pu reprendre pied au travail en mettant plus de distance, en sortant plus tôt le soir, en donnant la priorité à ma vie personnelle. Aujourd’hui, je suis guérie… et prudente ! »

Pour aller plus loin :

Burn out, Christina Maslach, Michael P. Leiter, Les Arènes, 2 011

Comment traiter le burn out, Michel Delbrouck, De Boeck, 2 011

Fondements humains du leadership, Jacques Santini, Christophe Le Buhan, Demos, 2 012

Qui fuis-je, où cours-tu, à quoi servons-nous ?, Thomas d’Ansembourg, Éd. de l’Homme, 2 008

Le blog de Thomas Fyot : www.arborethom.com

Vous aimerez aussi

Leave a Comment

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI