Guerre au Yémen : les Etats-Unis mettent l’Arabie sous pression

by Hélène Bordes

L’affaire Khashoggi a accéléré la fin de l’impunité dont jouissait Mohammed Ben Salman et sa coalition dans la conduite de la guerre à sa frontière sud. Le secrétaire d’État Mike Pompeo a enjoint Ryad de mettre fin aux bombardements sur la rébellion houthie dans la péninsule. Les Européens lui ont emboîté le pas.

«Le moment est venu de mettre fin aux hostilités» : le secrétaire d’État américain – ministre des affaires étrangères des Etats-Unis – a sommé à la coalition menée par l’Arabie saoudite de mettre un coup d’arrêt définitif aux bombardements visant les zones peuplées du Yémen. Il a fait bonne mesure en adressant le même message à la rébellion houthistes, ainsi qu’à son parrain l’Iran. Ce message sans ambage est une première en trois années de conflit. Le puissant patron du Pentagone, le général James Mattis, a fixé à un mois le délai pour l’aboutissement de négociations de paix.
De nombreuses organisations non-gouvernementales appelaient à la fin des hostilités depuis des mois, soutenues par l’ensembl des opinions publiques occidentales. Plus de 10 000 personnes ont perdu la vie dans ce conflit très difficile à couvrir par les médias. Le Yémen est frappé par les pénuries de médicaments, les épidémies, la famine, la destruction de ses infrastructures. La participation “passive” de la France au conflit fait grincer des dents dans l’opposition et jusque dans le camp présidentiel. L’Arabie Saoudite est en effet le deuxième client de fournitures militaires de l’hexagone, qui livre des munitions à Ryad ainsi qu’une couverture satellite utile à ses raids aériens.
La soudaine prise de conscience américaine et européenne de la dureté et de l’inanité de ce conflit est très probablement la conséquence de la disparition du journaliste Jamal Khashoggi. La perte de crédibilité des Saoudiens sur la scène internationale liée à la brutalité de son assassinat dans un consulat en Turquie a dessillé les yeux des observateurs les plus complaisants envers le royaume wahabbite.

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI