Défense de se plaindre

by 123dev

Hygiène mentale. Bigre ! Nos ruminations nous empêchent de trouver des solutions à nos problèmes. C’est décidé, on change le disque.

Par Salvo Noè.

Les plaintes sont comme des fauteuils à bascule. Elles permettent un va-et-vient mais ne nous mènent nulle part ! Je suis bien conscient des difficultés de la vie, mais la plainte est un piège. Les ressources et les solutions se trouvent au contraire dans la volonté d’agir pour progresser et améliorer sa condition. Mais force est de constater que derrière notre volonté théorique de vivre mieux, nous baissons les bras facilement et cédons à la mauvaise habitude de nous plaindre. Hélas, c’est un court-circuit mental. Les plaintes sont un trou noir dans lequel l’énergie se disperse. Cette habitude limitante bloque tout passage à la solution. Non seulement la plainte ne libère aucune de nos émotions négatives, mais elle nous enferme sur nous-mêmes dans une myopie égocentrique et paralysante. C’est d’ailleurs souvent un mécanisme efficace pour manipuler les autres. Râler est comme une sorte de navigateur qui nous conduirait toujours face au mur. Nous nous y sommes peut-être habitués. Ce sport national est aussi dans l’air ambiant.

résoudre les problèmes

Avec pourtant de sérieuses raisons de se plaindre, deux êtres humains ont décidé d’affronter leurs difficultés en développant des compétences émotives et techniques et donc des capacités à résoudre les problèmes. Alex Zanardi, pilote automobile italien, a perdu l’usage de ses jambes dans un accident en compétition. « Quand je me suis réveillé sans mes jambes, confiait-il, j’ai regardé la moitié qui restait, pas la moitié perdue. » Après sa rééducation, Zanardi est même allé jusqu’à participer aux Jeux paralympiques de Londres. Il a gagné deux médailles d’or. Au fil des ans, il s’est engagé dans le social. Sue Austin artiste porteuse de handicap, a transformé son fauteuil roulant en engin sous-marin, pour la plongée. Bien sûr, tous lui ont déconseillé de se lancer dans ce projet. Sue n’a pas baissé les bras. Avec désir, décision, discipline et détermination (4 D), elle est parvenue à ses fins. Elle a plongé avec son fauteuil roulant équipé d’un moteur, de pédales et de palmes. Les images de cette jolie brune en fauteuil ondoyant au milieu des coraux ont ému le monde entier. Alex et Sue nous montrent à leur manière qu’il est nécessaire de stimuler de nouvelles sensations, de nouvelles visions pouvant nous conduire au bien-être physique et psychique, à l’harmonisation des aspects pratiques et affectifs. C’est la meilleure direction pour éviter le piège de la victimisation. Ils ont substitué à la plainte le développement de leur potentiel. N’engluons pas notre cerveau avec des pensées négatives. Les neurosciences ont fait la preuve de la plasticité du cerveau. Il se modifie d’un point de vue structurel et fonctionnel en réponse à l’expérience, aux sollicitations cognitives auxquelles nous sommes exposés tout au long de notre vie. Nous modifions nous-mêmes nos connexions neuronales selon notre manière de percevoir ou de donner du sens à ce qui nous arrive. Des recherches scientifiques récentes menées à l’université de Stanford démontrent que les ondes magnétiques caractéristiques des plaintes éteignent littéralement les neurones de l’hippocampe, chargés entre autres de la résolution des problèmes. Écouter ou produire trente minutes par jour des contenus empreints de négativité nuit au développement cérébral. En revanche les personnes qui choisissent consciemment de transformer les difficultés en occasions de croissance activent un développement positif des communications neuronales. Elles améliorent la qualité perceptive et la capacité de trouver des solutions adéquates aux problèmes. Le cerveau se modifie en fonction de la manière dont nous l’utilisons et l’alimentons. Nous sommes les architectes de notre structure cérébrale.

exprimer ses talents

S’il est une chose qui fait mal dans la vie, c’est de ne pouvoir exprimer son talent et sa richesse intérieure. Lorsque vous découvrez et valorisez votre talent, votre vocation, c’est extraordinaire, car vous avez quelque chose à offrir. À force de geindre, l’individu diminue sa motivation positive. À l’inverse, il lui appartient d’optimiser ce qu’il a pour en faire quelque chose de plus. Telle est la mission de notre vie.

Vous aimerez aussi

Vous aimez lire

Renseignez votre adresse email ci-dessous
Vous recevrez ainsi chaque mois L’1visible gratuitement dans votre boîte mail

NON MERCI